29 octobre 2012

Guérir notre être

      Dominés par la société de consommation fondée sur la croissance économique, nous devons impérativement nous orienter vers une évolution intérieure, mais aussi sociétale, se traduisant par le passage d'une logique quantitative et mercantile - qui va à notre perte - à une autre logique, qualitative, mettant l'homme et le respect de la nature au centre de nos préoccupations . C'est par cette voie que nous pourrons redécouvrir des valeurs universelles, telles, la vérité, la liberté, la justice, le respect, l'amour... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 15:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 octobre 2012

Le dit des amoureux

     Sentez-vous toujours égaux dans votre coeur. Soyez égaux dans le donner et le recevoir. Egaux dans l'Être . Donnez de votre richesse. Ne vous cachez pas de votre indigence . Ne vous donnez pas "à porter" l'un à l'autre. Nourrissez-vous de la générosité de la vie, partagez-là, mais n'exploitez pas votre faim . Ne vous accusez pas. Ne recherchez pas un coupable . Soyez riches de liberté, de disponibilité, d'acceptation, car ce qui est vide est comme ce qui est plein . Partagez votre vulnérabilité . Risquez... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 20:13 - Commentaires [2] - Permalien [#]
28 octobre 2012

Se préparer aux situations extrêmes, c'est important, c'est difficile

     N'est-ce pas dire "oui" ? Oui au changement, à l'inconnu, à la séparation, à notre cohérence, à notre peur . Et ce ne sont pas des choses auxquelles on s'habitue ! Un saut dans le noir, une rupture, la rencontre avec ses animaux intérieurs, une descente dans la solitude, dans la dépression, restent un saut dans le noir ... Le risque est réel : c'est quelque chose de vital, c'est notre peau, notre raison d'être, notre normalité qui se jouent ! Une incursion de l'insensé. De ce que nous ne comprenons pas, de... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 17:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 octobre 2012

Ensemble, nos corps, nos êtres

    Le "Corps conscient", nos sens, sont comme un fin voilier, une barre sensible . Lorsque l'axe du mât, le poids de la quille, réajustent leur rencontre avec le ciel, l'on s'aime - non sans douleur et non sans risque ! - mais sans se perdre . Garder son cap, la vigilance du souffle. Equilibrer la barque, regonfler les voiles ... Déployer l'être, courir avec le vent, favorable ou contraire . Appuyer notre coque. Epouser chacun, son propre Mystère, solidaires et confiants, flanc contre flanc . Aller et venir entre... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 16:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 octobre 2012

Bien avant la venue de l'homme

     En de vastes espaces montagneux couleur ferrugineuse des coulées de laitance blanchâtre s'amoncelaient le long des pentes errance totalement libre d'un esprit facétieux et immensément présent. L'on entendait parfois le son des cymbales monter de la vallée cinglantes et pulsatives elles accompagnaient des voix gutturales caressant d'un contact viril les sombres forêts environnantes alors que les ahanements s'amplifiaient que les muscles se crispaient que la sueur perlait en attendant l'aube poindre ... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 09:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 octobre 2012

Sous le mur blanc

     Un mur de parpaings par dessous le mur blanc . Un cadre en amenée ferme pour cacher , et provoquer la venue inopinée de l'autre , le passe-murailles .   Un étonnement , une virgule posée à mi-voix , un regard sans organe , la possibilité d'être le support d'un son .   Le dépliement en trois temps de l'effraction s'effectuant sans hâte . Le fond , carcasse secrète de la chambre forte ; la partie intermédiaire , celle qui isole et promeut la convenance sociale ; le cadre de bois rouge , ... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 09:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 octobre 2012

Un face-à-face, une double fenêtre, une imposte trilobée

      De la pierre et de la lumière. Se dire la vie comme un conte frais sorti du fond des âges. La vie, c'est en trois temps qu'on la décline. D'abord chercher à se prémunir physiquement et psychiquement, à protéger le corps et éviter la désintégration des buts fondamentaux. C'est le stade de la survie, du confort et du plaisir.  Ensuite donner à sa vie les valeurs de la communauté familiale, religieuse ou de voisinage. L'on ne peut vivre qu'en relation, dans le face à face avec l'autre. Enfin... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 01:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 octobre 2012

L'amour inconditionnel n'est pas la tolérance absolue

     Il est bienveillance et accueil à ce qui est ici et maintenant. Il est ouverture du coeur. Alors la surprise peut advenir. Et celle que par essence on n'attend pas surgit au détour d'une disponibilité, d'un lâcher prise que l'on s'accorde. Telle la lumière entre terre et ciel, le numineux surgissant d'un contact entre soi et un environnement permet le développement d'un cycle de croissance pouvant nous soutenir vers notre réalisation la plus profonde .   42
Posté par regardauvergne à 01:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 octobre 2012

Un torrent dévale la gorge à grandes fricassées de labiales pierreuses

     En décélérations irrégulières d'un goulet l'autre d'un élargissement inclinant à une reprise de souffle à une zone de rapides suscitant une effervescence moussue il se fraye un passage en force brassant l'air et faisant monter l'odeur d'ozone de l'eau en une bruime inhalée avec euphorie il va vers les basses terres. L'Esprit est torrent. Les idées surgissent, disparaissent, ou s'organisant contactent alors la pensée qui frappe à la porte du Réel et demandent à devenir Formes à prendre en considération. ... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 00:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 octobre 2012

Des fleurs à foison

    Des fleurs à foison figées par la photo déjà depuis quatre ans une pelouse en Bretagne un pan de beauté qui jamais ne s'éteint des souvenirs accrochés en plein été nous revenions du marché c'était à Tréguier nous avions rendez-vous avec les amis et par dessus tout çà une musique de biniou et bombarde annonçant une odeur de moules frites il faisait calme nos corps étaient sans douleur les cloches de la basilique se sont alors mises à sonner sûrement la sortie d'un mariage du riz que l'on jette et pour... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 12:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]