la présence à ce qui s'advient

24 janvier 2021

Les roses montées de l'espérance

      Se suivent en se taquinant   les roses montées de l'espérance     à la pointe de l'index     là où le désir légifère.           Il n'est de romance     que la lente coulée des laves     le long des bougainvilliers de l'esprit     ô pochade de l'enfance !           Assagi au contact de la plaie     l'obligé mariage    ... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 07:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 janvier 2021

Foyer auvergnat, pavillon numéro quatre

    Les femmes sont amoureuses     et les hommes solitaires.           Ils se volent mutuellement     la solitude et l'amour.           Ô la nouveauté du souffle     de celui qui voit     une étincelle solitaire     pénétrer dans la rainure du jour !           Il faut réapprendre     à frapper le silex     à... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 00:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 janvier 2021

Les chevaux du désir

   Frapper du sabot contre la porte     mène à l'idée rebelle     des joutes médiévales     écumant d'heureuse manière     les stalles de suint gras     des chevaux au désir accoutumés.           L'odeur musquée     emplit les chemins de traverse     aux reflets irisés     d'une tendre attention     tels les yeux du crocodile    ... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 02:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 janvier 2021

L'homme à la voix rauque

      Petit Jean     dans son sac de jute     courrait comme un lapin     sans que les clapiers pâtissent.           Un soleil franc     par dessus le clocher     arguait de la fuite du temps     sans que le vieil homme ne graille.           Sous l'appentis     le linge sèchait     les mouches bousillaient     ... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 07:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 janvier 2021

En tombée de nuit

  Du bois en tombée de nuit     les lutins et les loups se rencontrèrent     près de l'arbre mort     au cœur généreux     d'un dernier orage abouti     équarri sèchement     au soir de tous les dangers     que les cavalcades multiples     éclaboussaient de terre et de lumière     ma solitude mon épouse absolue     aux formes de danaïdes éperdues     en... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 06:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 janvier 2021

A bientôt

      A bientôt     pour ne plus avoir à redire     en faisant crédit à l'avenir.               A bientôt sans se retourner     en reconnaissant chez l'homme le sanctuaire.           A bientôt     les gens du monde     ceux que nous portons en nous.           A bientôt     vous les enfants du Passage ... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 07:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 janvier 2021

La beauté insolente

       Un tas de souches     à la sortie du champ     je traîne je traîne.                 Enrobé de nuages vermicelles     le ciel de mon enfance     transporte des merveilles.           Aparté sur le pas de porte     la rouge capeline     s'enroule sur elle-même.           N'en puis-je rien... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 05:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 janvier 2021

Petite adresse au Golem

      Le Golem des bas-fonds     à la sortie de la mine    peine à retrouver son foyer.             Les copains d'abord     un petit coup et puis s'en vont les bonnes résolutions.           Pour au coin de la rue     sauter sur la petite voisine     qui revient des courses.           La masculinité est en déshérence    ... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 janvier 2021

Le vent aimanté

         Le vent aimanté souffle     là où je suis     légende arthurienne     trop tôt dévalorisée     par les phrases perçues.                     Ancré sur le monticule     sans racines excessives     aphorismes et fragments amusent la galerie     quand les branches sont des rayons de soleil.      De mère... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 08:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 janvier 2021

Le désir

    Se mirent à danser     sous le feuillage désordonné     les sittelles de l'Organon     sans que leurs pas résonnent     par les chambres désertes       du manoir noir    que la colonne blanche de l'entrée     calmait de son silence     à portée des enfants     accourant vers le plan d'eau     jeter les cailloux de l'aurore     sans que la... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 10:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]