11 janvier 2015

Deux parapluies

      Le vent souffle , échine lasse , chante quelque part  l'oiseau des étreintes hivernales .   Je ne t'oublierai pas , tu ne m'oublieras pas , pour ensemble dire merci à ceux qui nous extirpent, nous les parapluies de la sortie de liturgie à ne pas choir en fond de vasque , inhalant les odeurs de cuisine mi-chèvre mi-choux mi-reille mi-figue jouant à colin maillard d'une narine l'autre .   Il est permis de se dire que même par temps de traîne la poignée se dresse en confiance... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 11:18 - Commentaires [1] - Permalien [#]

15 novembre 2014

Le dialogue d'au-delà du visible

        Gelures sédimentaires sur ta peau d'ébène , l'orage requiert le son et la lumière .   Danse de l'eau et du reflet , dévalade des textures , généalogies entrecroisées , les connexions se font .   Regard aigu de l'homme déjà-là ; en réception des signaux scientistes que son ego exige .   Conscience élargie , vigilance et porosité , fine lamelle de l'instant énoncant la parole l'espace d'une caresse nocturne .   Cette volonté en ascendance ; révélation de... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 23:44 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
15 novembre 2014

Ma cigarette s'est éteinte .

        Ce matin y'a plus d'essence dans le manchon , la cendre est froide , on aurait mis de fausses fleurs que l'effet aurait été plus saisissant .   Suffit pas de se lamenter , y'a aussi un combat à mener .   On lutte , on se bat . Mais contre qui ? contre quoi ?   Je me bats contre Pierre ou Jacques , alors que c'est moi qui imagine des tas de choses les concernant . Je me bats contre le monde , mais pourquoi couper la branche sur laquelle on est assis ? Je me bats... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 10:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 novembre 2014

N'existe que le labyrinthe

        En nécessité du hasard , sans linéarité , sans que l'étiquette ne soit collée , il n'est de plan ni de loi que cette occupation d'espace , nous les immémoriaux , à se bander les yeux devant l'évidence , pour de coïncidence en coïncidence , soulever le voile de signes et de paroles mêlées .   Au jardin des délices , Isis nue , Isis la décisionnelle que la discorde fait renoncer au cheptel , Isis la toute belle , la striée de nos rêves , la capteuse des... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 11:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 novembre 2014

Seul le vide laisse place et permet la vie

        De ce vouloir saisir , de cet effort à prononcer ton nom , de cette insistance à te prendre pour une évidence , de ce tourisme sur les lieux de naissance , de cette absence d'outils grand'parentaux , de ce gorille au phylactère , Sylvain mon fils, parlant bas , avec des mots surgis d'une trompe d'éléphant , de ces brisures entre les objets , de cette chasse faite aux propos disjoints , la porte s'ouvre , révèle , organise , exalte le monde chaotique  des grands chevaux de la... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 23:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 novembre 2014

Bien faire ce qu'il y a à faire

        Vivre en intensité au collège des cœurs serrés , branchies ouvertes , reflet des âmes en instance d'élévation .   Il est des plages couronnées de méduses , de plaintes jointes , l'orbe sacrée laissant passer la main hors des palmeraies grasses     En cette attente , immobile  , être présent dès la première heure  du soleil claquant sa démesure derrière la roche aigüe  faite selon le soubresaut de la naissance .   En harmonie s'accomplir , ne plus... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 10:20 - Commentaires [1] - Permalien [#]

06 novembre 2014

Ce qui dépasse l'homme

          Ce qui dépasse l'homme en bout de vie , une presqu'île .   Avec pour isthme ce que nous sommes , homme fragile , en nos atours de sciences , d'art et de spiritualité mêlés .   Etre homme parmi les hommes , humus de l'homme à naître , dont les racines plongent en nos vicissitudes , nous ,  les errants , les pauvres faisant généalogie , pour pas à pas , de posture en posture , se hisser vers l'accompli à grand renfort de fifres et de tambourins nous , les... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 17:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 novembre 2014

Vieillir enfin

        Vieillir enfin et que le vent me vienne frais sur la nuque .   Qu'importe l'âge pourvu qu'on ait l'enfance , qu'importe les chemins parcourus pourvu qu'on ait la vision , qu'importe le corps en faiblesse pourvu qu'on ait de la hauteur , qu'importe la dépendance pourvu qu'on ait la maturité , qu'importe de ne pouvoir gravir l'échelle parce que nous sommes échelle avec cette liberté de se relier .   Ouverture et douceur d'une paix parée de pas menus  autour de l'étang où... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 12:09 - Commentaires [2] - Permalien [#]
13 octobre 2014

Aux alentours

 Des coquilles d'œufs plus ou moins flexibles que la marée dépose au porte à porte des regards éteints .   Dans la vasque des couleurs le mirliton des choses dites effleure d'un coup de fourchette l'ordre contenu des brisures de l'esprit  .   Il est des soirs plus clairs que d'autres où l'enfant espère ne plus revivre ça  .   Le souffle des animaux anciens , ces reptiles marins du précambrien quand les cerveaux étaient plumes légères bien avant que les hommes soient mais que soleil... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 18:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 septembre 2014

Tu es seul , tu es nu

          Et c'est bien ainsi , car cela n'a pas été facile d'oublier les guenilles de l'enfant construit dans l'obéissance et de l'adulte formaté sommé de fléchir le col devant le joug des savoir-faires sociaux .   Tu as vécu tu as parcouru le monde tu as éprouvé la souffrance et muter sans toujours naître à toi-même  .   Le mimétisme qui t'a fait survivre n'est qu'un cache-misère devant l'épreuve ultime , n'est qu'un cache-sexe devant la pulsion à perpétuer l'espèce , ... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 20:04 - Commentaires [1] - Permalien [#]