DSC01033 fourchette couteau sur tartine AB

Il est là   

En face de moi   

Celui qui ne sait pas   

Cet autre moi-même   

A se demander   

 

Si c'est un fait exprès   

Qu'il soit si différent   

Et qu'à faire le tour de la question   

On se supporte mieux d'être étranger   

En simplicité   

Nez contre le mur   

A méditer sur ce qui est.        

 

Toi   

Et moi aussi   

A refléter ce qui s'est passé   

Et qui renaît dans l'autoportrait   

Allongerons le pas   

De constellation en constellation     

En évitant d'avoir nausée   

Au passage des trous noirs.       

 

Viens   

En compression du tout venant   

Ma muse des voix anciennes   

Viens brandir le pavillon   

Sur la barricade de nos illusions   

En égarement des mots   

S'envolant par temps de guerre   

Au souffle brûlant de la meute ordurière   

Vers l'horizon de l'étrange attente.        

 

Toi   

Oui toi   

Le grand échalas de la cour d'école   

Aux marronniers enchevrinés par le vent d'automne   

Dis-moi d'où tu parles   

A refléter tant d'histoires   

D'un passé bientôt enfui   

Que même l'espace des nuits   

Ne saurait soustraire à l'entendement   

Devant le moucheron   

Qui frappe à la fenêtre.      

 

Purpurine éclosion   

Des tendres bulles   

Ramassées dans le panier d'osier   

A la sortie du pré de pierres encapsulé   

L'espoir se mit à rougir   

Tel coquelicot accroché au veston   

Par jour de fête   

Le rêve mêlé à l'encre violette   

Se mouvant sans commentaire    

A croupetons   

D'image en image   

Avec la légèreté de l'artiste au grand cœur.      

 

 

1013