IMG_8188

Ma petite ma mignonnette   

te conter ce qui m'arrive   

dans cette vie   

où poussant la poussette des enfants perdus   

j'entrevis les lourdeurs qui m'enserraient.      

 

A chaque secousse   

la vibration était plus forte   

pour que le double que je suis   

se désaisisse des moulures de l'esprit   

bordurant les terres inconnues.      

 

Dans l'herbe haute de l'automne   

avant les froids qui gèleront les cynorhodons   

mes pas froissaient la prairie des amours   

où parachever cette quête ajourée d'imperfections   

sans que les feuilles du frêne frémissent.      

 

Les cloches sonnaient   

les pas se pressaient sous le porche   

ce lieu des épreuves attendues   

où désapprendre la routine du mal   

et pénétrer la zone du tout droit de l'être profond.      

 

Les collines seront ombrées de vert mature   

le ciel sera rose   

au soir du destin nos corps chancelleront  

en percevant sur la table des orientations   

les huttes côtières de notre enfance.     

 

Je poserai mes bagages

et ferai un grand feu

de mes impuretés mensonges et égoïsmes

pour que l'embryon nouveau

tapi en lisière du bois

paraphe le départ du poète

puis se lève sur le chemin du grandir de soi

pieds nus et en silence

comme dans la chanson

où sortir de l'horizon

mène à joindre les cœurs.

 

Ma petite ma mignonette

tu vois

une grande tâche nous attend

dans la joie de tous les instants

en contemplation du monde à venir.

 

 

 

887