IMG_4940 plein soleil couchant AB

 

Collé   

le nez contre la vitre   

se dandinant d'une jambe l'autre   

l'enfant observe la buée   

et ses fines goutelettes     

qui captent la lumière   

ballonnets vivants   

devenant coulures hésitantes   

pour en accéléré  

se projeter vers le bas.   

 

L'hiver pleure.   

 

Dehors un froid sec   

saisira les jambes   

malgré les chaussettes de laine   

et la culotte de velours cotelé.   

 

Un dernier cheval passera   

dans la rue déserte   

ahanant   

les naseaux fumants   

faisant claquer le pavé humide   

de ses sabots ferrés.   

 

Il y a du courage dans l'air   

le haut des immeubles caresse la brume   

la circulation de la rue principale   

là-bas, ronfle de quelques moteurs toussoteux.   

 

Emergence des souvenirs   

inscrits dessous la peau   

l'enfant sémaphore   

voit passer les lumières   

au travers des boursouflures de la mer.   

 

Il y a du sable    

dans les jointures   

le passage à niveau   

oblige au ralentissement   

la bête au loin    

respire ses panaches de fumée.   

 

J'entendrai le lourd convoi   

cadencer sur les courtes rails   

de son rythme, grimant   

le tirté des nuages   

queue leu-leu ensemencée   

de souriantes branches de lilas.      

 

Maman, il pleut   

la neige tombe   

il grêle.   

Qu'on est bien près de la cuisinière.   

 

Les souris grignotent le plancher   

sous la plaque de tôle   

des gouttes d'eau perlent    

au plafond sur le tuyau   

c'est la condensation   

Maman passera l'éponge   

cloutée sur le manche à balai.   

 

Le Christ connaîtra   

l'épître et le vinaigre   

de ses yeux aubrac   

faisant tourner la bille   

dans le couvercle retournée.   

 

382