IMG_0980

   La synchronicité est le phénomène par lequel deux événements se trouvent liés simultanément par le sens et non par la cause . Autrement dit, la synchronicité se manifeste lorsqu'il y a une coïncidence significative entre un événement extérieur objectif et un phénomène ou un état psychique particulier sans qu'on puisse imaginer un mécanisme de causalité entre eux .

   Le phénomène de synchronicité représente donc une rencontre aléatoire et simultanée de deux ou plusieurs chaînes d'événements indépendants mais ayant une forte signification pour le sujet alors sensible à la mise en résonance des deux phénomènes . C'est alors que tout prend sens .

   Le sujet qui vit une synchronicité est témoin d'une irruption de sens qui apparaît comme une évidence entre des événements sans qu'il ait besoin de chercher quoi que ce soit . Ces phénomènes ne sont pas l'aboutissement d'une réflexion intellectuelle mais d'une expérience qui provoque un grand trouble chez celui qui le vit car elle perturbe la représentation logique et rationnelle de la réalité du moment .

   Carl Gustav Jung considère que notre attitude mentale d'Occidental rationnaliste n'est pas la seule attitude possible qui permet de saisir une quelconque totalité ; et qu'au contraire elle est un parti pris partiel et limité qu'il conviendrait de corriger si nous voulons avancer dans notre connaissance personnelle et la connaissance du monde .

   Le lien qui relie deux événements qui à priori n'avaient que peu de chances de se rencontrer nous montre, par la mise en résonance de phénomènes concomitants, que la réalité n'est pas uniquement constituée de manifestations séparées les unes des autres . Ce lien qui n'est pas explicable par le principe de causalité suggère l'unicité des deux éléments en présence : l'élément physique et l'élément psychique . Comme s'ils étaient "intriqués", corrélés et manifestant un ordre global .

   Un vaste réseau relierait-il, non pas de façon linéaire mais sous la forme d'un tissage invisible ces différents éléments à une totalité sous-jacente au monde phénoménal ?

   Le physicien David Bohm présuppose l'existence d'un " océan d'énergie " à l'arrière-plan de l'univers, un arrière-plan ni matériel, ni psychique mais qui serait transcendant . Il existerait un fond qui se trouverait bien en amont de la matière d'une part tout autant que des profondeurs de la conscience d'autre part ; et que cet arrière-plan serait d'une dimension infinie car ne pouvant être embrassé ni par l'une ni par l'autre . D'où cette impression que peuvent avoir les personnes qui vivent ces phénomènes "d'unicité de l'être " ou "d'être en sympathie" avec l'univers, de ressentir "l'unité avec le monde ", non pas avec le monde à la réalité multiple dans lequel nous nous mouvons consciemment mais avec un monde potentiel qui correpondrait au fondement éternel de notre existence .

   Dans ce phénomène de synchronicité il n'y a pas d'avant ou d'après puisqu'il n'y a pas de relation causale entre les événements. Aussi cette relation a-causale ne peut que déstabiliser l'approche linéaire du temps qui structure notre vision du monde .

   Pour bien comprendre ces phénomènes, il est intéressant de s'ouvrir à d'autres façons de penser, d'être au monde dans ce qui se déploie hors toute attitude préconçue , hors de nos atermoiements et de nos peurs .

   La corrélation à distance entre l'état psychique d'une personne et un événement extérieur est un phénomène global qui nous ramène à l'intrication quantique . Jung et Pauli convinrent que la relation causale était insuffisante pour appréhender toute la réalité vécue . Ils en vinrent à considérer qu'existait un lien, une correspondance, entre la psyché et la matière, et ceci à travers "un sens préexistant", qui dans notre espace-temps à relation a-causale permettrait de considérer la psyché et la matière comme deux facettes complémentaires . Nous entrerions alors dans des paysages à la fois intérieurs et extérieurs où, au travers des échos lancés par la danse intemporelle de l'univers, atteindre un monde unitaire que Jung appelle " l'Unus Mundi ", une mystérieuse et vaste matrice d'informations où tout est en potentiel .

   Mais comment favoriser ces moments de synchronicité ? Nous pouvons seulement y être un peu plus attentif en étant les artisans, les chercheurs, d'un autre regard sur le monde où tout semble relié, nous les "expérienceurs" d'une occasion d'ouverture au principe d'unité non-matérielle qui sous-tend notre monde phénoménologique .

 

( Oeuvre de Jean-Claude Guererro )

 

197