DSC03123

Bien sûr qu'il eût du courage

cet homme

de vivre de longues années avec prudence

simplicité et modestie

à mener sa barque

le long des berges quotidiennes

  

sans avoir à demander où aller

sans voir le temps passer

en lente progression vers l'estuaire

où les limites se dérobent

où tout devient gris

que la vue s'obscurcit

que l'air manque

que l'esprit ne répond plus

mais où s'avance

triomphant en ses attentes

le mystère

cette lumière incréée

cette lumière intense venue de très haut

cette béance

habitée des vieilles âmes

ce frêle esquif

disparaîssant dans les brumes

ce point d'orgue

se confondant avec l'horizon

en souvenir de ce qui va et vient

l'espace d'un souffle retenu

en souvenir de ce qui fût

traces de ton nom sur le tronc scarifié de l'arbre

se retrouver assigné

à transformer cette écriture douce amère

en obligation de conscience

en marche sur le chemin

compréhension de ce qui est

crêpon de la plaie réouverte

une fin d'été

à mesure d'un regard échoué

à marée basse

chez celui dont le coeur demeure dans l'amour .

 

 

164