DSC02170-1

 

 

Il y a trois modes initiatiques de la rencontre permettant l'amour .

 

 

 

Le meilleur est un vide soudain de l'âme dans lequel les images diparaissent, les idées et les paroles se taisent, la liberté et la clarté s'ouvrent subitement en nous de telle sorte que tout notre être est saisi. Tout devient prodigieux, profond, évident dans ce qu'il y a de distant et d'infiniment incompréhensible. Ce contact est pur souffle d'intelligence .

Une voie plus ordinaire traverse le désert dans lequel, bien que nous ne puissions rien voir, rien comprendre, rien sentir, sinon une sorte de souffrance et d'angoisse, nous sommes attirés et demeurons dans cette obscurité et cette aridité parce que c'est là seulement que nous trouvons un peu de stabilité et de paix. A mesure que nous progressons, nous apprenons à nous reposer dans cette aride quiétude, et l'assurance apaisante d'une présence réconfortante et puissante au coeur de cette expérience s'accroit de plus en plus. Se révèle dans une lumière qui est pénible pour notre nature et toutes ses facultés en marche d'être, l'attrait difficilement soutenable à devenir bien plus que ce que nous semblons être. Nous sommes alors dépassé infiniment et la pureté de cet attrait entre en conflit avec notre égoïsme, notre aveuglement et notre imperfection .

Et puis il y a la voie de la tranquillité remplie de saveur, de repos et de douceur dans laquelle, sans qu'il n'y est rien qui satisfasse particulièrement les sens, l'imagination et l'intelligence, la volonté se repose dans une profonde, lumineuse et absorbante expérience d'amour .

                                                         

C'est alors que se dresse devant soi la Personne, ce support, cette âme-soeur, ce miroir, cette altérité, cette extraction hors de sa propre image, cette exigence à la ressemblance, ce par quoi j'existe dans la rencontre, ce par quoi je peux me noyer et ce par quoi je peux aussi être révélé. Faites vos jeux, faites votre "je", nécessairement dans la relation à l'autre, en essayant toutefois de ne pas trop vous attacher à l'autre .

 

158