13 04 19 - rue Gambetta printemps 024

     Aujourd'hui, le désir du bonheur et sa marchandisation à travers la publicité est produit par le néolibéralisme économique, moteur de l'actuelle mondialisation, qui en a fait une industrie de masse ayant pour objectif de faire le bonheur des gens malgré eux.  Cela va à l'encontre d'une société du bien-vivre dont la première condition serait d'instituer le vivre-ensemble organisé sur le droit de chacun à vivre, et pas simplement à survivre, afin de respecter l'altérité et sa condition, la démocratie .

 

 

    Loin, qu'il y ait contradiction entre démocratie, amour et bonheur qui sont trois conditions fondamentales pour avancer vers la construction d'une société capable de favoriser un développement dans l'ordre de l'être et non une course écologiquement destructrice dans l'avoir .

    Encore ne faut-il pas considérer le bonheur comme un capital à conquérir et à préserver. Le bonheur est une qualité de présence, une qualité d'intensité, un art de vivre "à la bonne heure" .

    Le grand enjeu est de sortir par le haut du couple excitation/dépression qui caractérise le système dominant de nos sociétés soi-disant avancées, des marchés financiers, du spectacle politique, du sport spectacle et des médias omniprésents. Car cette façon d'accéder à l'intensité se paye cash par une phase dépressive fondée sur le déséquilibre et la démesure. Laquelle phase dépressive suscite le besoin d'une nouvelle excitation, et ainsi de suite .

    Ce cercle vicieux peut être rompu ; une autre modalité de vie est possible, sur le plan tant personnel que collectif. Il s'agit du rapport intensité/sérénité. C'est ce que nous ressentons quand une joie profonde nous irradie et nous relie à autrui sans nous isoler. Cette joie, qui peut naître de l'amour, de la beauté, de la paix intérieure, c'est-à-dire d'un rapport harmonieux à la nature, à autrui et à soi-même, est alors tout à la fois intense et sereine. Une sérénité qui permet de l'inscrire dans la durée, au contraire de l'excitation. Une telle approche n'exclut en rien cette forme d'intensité particulière qu'est la grande fête, le carnaval, l'événement culturel voire sportif majeur, ou bien  le temps exceptionnel de la vie personnelle ou collective .

    Mais elle invite à vivre ce temps autrement que selon le modèle de l'excitation, permettant ainsi d'éviter le côté "gueule de bois" ou encore la logique du plaisir pervers, là où l'excitation est en fait procurée par une domination sur autrui .

    La "sobriété heureuse" n'est pas l'austérité ni l'ascétisme. C'est cette opportunité à vivre intensément ce voyage conscient de la vie dans l'univers que nous propose l'aventure humaine. C'est aussi, sur le plan politique, le droit accordé à tout être humain de se mettre debout pour véritablement Vivre .

 

132