IMG_4401

     Le réel en soi est inatteignable par le scientifique. Pour Bernard d'Espagnat il est en fait "voilé".

La visée de la physique classique est de lever le voile des apparences afin de découvrir et de décrire ce qui est sous ce voile, le réel en soi. On dit qu'elle est descriptive. Elle sert de fondement à la plupart des technologies. Elle tente de décrire la réalité telle qu'elle est. Ainsi il existe des corps matériels, des champs électriques et électromagnétiques auxquels on associe des symboles mathématiques qu'on dit obéir à certaines lois. Les philosophes disent qu'elle s'insère dans le cadre du réalisme ontologique. C'est une théorie qui vise à la connaissance de ce qui est .

Quand la mécanique quantique apparut, la notion des choses existant en elles-mêmes, dans l'espace, séparément les unes des autres, tendit à s'effacer au profit d'une certaine globalité qui ne se manifeste pas au regard mais se cache dans les équations. Pour cela il est inutile de faire du descriptif, il faut naturellement énoncer des axiomes constitutifs, qui dans l'ensemble se présentent comme des règles de prédiction de ce qui sera observé. La mécanique quantique est prédictive d'informations. Ses axiomes sont du type : si "on" a fait ceci, "on" observe cela ; dans lesquels le "on", l'observateur humain en général, fait partie intégrante de l'énoncé .

Pour Bernard d'Espagnat, la richesse du contenu de la science ne réside pas dans les descriptions fluctuantes que celle-ci propose de la réalité mais bien dans son aptitude à nous fournir une synthèse rationnelle, donc éclairante pour l'esprit, des phénomènes observés ; ce qui signifie en particulier une synthèse de notre capacité à les prédire .

Le réel est bien là, mais il reste voilé. Il y a manifestement quelque chose qui nous résiste. Nous n'avons pas la connaissance de la chose en soi, mais nous avons au moins des accointances avec elle. Nous l'appréhendons comme de l'intérieur, en la vivant .

Cette vision du réel voilé a pour conséquence que si vraiment c'est notre esprit qui, du fait de sa structure propre, découpe les objets au sein du fond des choses, il devient impossible de se représenter l'esprit comme une émanation de tel ou tel de ces objets. On peut dire alors que l'esprit émane du fond des choses. Ni les objets ni les sensations ne sont des choses en soi et l'idée de coémergence des uns avec les autres paraît avoir quelque chose de juste .

Ce réel, ce fond des choses n'est pas une chose. Il est au-delà de l'espace et aussi sans doute du temps. Il est l'Être .

Il n'y aurait pas d'une part la science qualifiée pour atteindre le fond des choses et d'autre part l'art, la musique, la poésie, la spiritualité ... confinés au seul agrément. Les passionnés d'art, de musique ou de poésie ont le sentiment très fort que, par-delà le simple plaisir, les émotions ressenties en ces occasions les ouvrent sur un "quelque chose" d'essentiel, sur un domaine mystérieux qu'il ne nous est permis que d'entrevoir .

En ce qui concerne la quête de sens, il nous faut, à toute force, une explication que nous avons à aller chercher dans ce qui est plus élevé que nous-mêmes et qui nous est, par conséquent, mystérieux. C'est le réel, l'Être, le divin .

Confronté à la réalité et aux limites de la méthode scientifique empirique, l'individu doit faire face à un choix, où bien sombrer dans le désespoir et la résignation, ou bien faire un pas vers la transcendance que Jaspers appelle l' "Englobant" .

L'esprit humain conserverait une sorte de vague souvenir de cet Être antérieur, de cet Englobant apparenté au réel voilé. Il y aurait alors d'énigmatiques appels de l'Être, sortes d'images évoquant des choses ressenties, à la fois incertaines et non tout à fait conceptualisables, mais "possibles", en ce sens que, dans la conception du réel voilé, elles ne sont pas exclues par les données qu'on a, alors qu'en physique classique, elles paraissaient l'être  .

Nos efforts de connaissance nous donnent des lueurs sur le réel en soi, en physique, en poésie, en mystique .

Le sérieux de l'homme ne consisterait-il pas à être orienté, en esprit, vers l'Être, vers l'ultime, et ce, sans la certitude de l'atteindre ? Cet ultime. Le Mystère .

 

91