04 avril 2020

De nuit sur le parvis

  De nuit     sur le parvis     notes grises au lever du jour     la rose éclot     des doigts de l'âme     esprit tutélaire       au pépiement d'un moineau     sans que le gravier crisse     en cris et rodomontades     chasse les brassées de fleurs des cerisiers      du haut des campaniles     élevés aux siècles de misère ... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 03:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 avril 2020

Approche-toi

   Approche-toi     à pas de satin     au cou mis à nu     sois la veine jugulaire     du pouls de la terre     de la tête et ses cheveux     sois le vestibule       au son d'un violon     passe le bras     de l'archet allongeant sa caresse     vers le bas du pré     romance filaire     de bulles de rosée ointes ... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 04:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 avril 2020

Petit père des anges

     Petit père des anges     marchait bien droit     vers la forêt     quand survint le lynx malin      qui lui barra le chemin.             " Ô petit père qui es-tu      pour t'aventurer sur la sente sacrée     es-tu le Séraphin que j'attends     et que ma mère la sphinge     jadis tenta de séduire ? "           " Je ne... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 12:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 mars 2020

Un oiseau dans le noir

      Un oiseau dans le noir     a battu des ailes     comme on danse     et ça faisait le matin avant l'heure.             Puis les ramenant le long du corps     il s'est immobilisé     et ça faisait comme s'il était empaillé.           Puis il a bougé sa tête     vers la gauche     puis vers la droite     et ça faisait... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 22:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 mars 2020

Dis papa, qu'est-ce qu'un poète ?

    C'est le père qui se lève la nuit     pour rassurer l'enfant.           C'est la fleur qui dans son vase     crée l'eau de sa soif.           C'est l'au-delà de dire oui     c'est dire je t'attends.           C'est l'insomniaque qui accueille la nuit     sans les soupçons du jour.           C'est l'ordre métonymique ... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 04:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 mars 2020

L'invisible

  Vie et tremble     l'Un visible     unique visible     innommé     rendu inopérant     par la multitude des visibles.           L'écharpe au cou du promeneur     promeut le vent froid en périphérie du corps chaud     l'écharpe drape les clôtures de l'âme.           L'écharde rend vive la douleur     elle pique une fois ... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 01:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 mars 2020

En guérison d'amour

  Ses yeux s'envolent     par delà la lisière     sa voix de chèvrefeuille m'éveille     caresse de ses tresses     s'enflent au liant de l'onde     quelques panaches de poussière.           Hölderlin revient sur ses pas     d'une veste à grandes basques vêtu     perruque plaquée     en montant le perron     les talons de ses bottines   ... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 03:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 mars 2020

Larmes et moire

  D'avoir dans le tiroirs     larmes et moire     comme on va    au carmel     prières déployées     par l'offre d'abondance     où dansent les Erinyes     là-bas au Golgotha     a plus d'un tour dans son sac     le gars aux arpèges     de neige et de briques pilées     science ou sagesse     à contenance égale     partir dans... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 01:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 mars 2020

Houppelande sur la steppe

  Houppelande sur la steppe     de poussière en ornières     les traces claquent     telle des prières     aux lampées de vent     sans que se retournent       les oubliés du soleil     les rôdeurs de nuages     sur le cuir des marcheurs d'absolu     le signe d'amour     de nuits, caréné     vortex des siphons     les anges... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 11:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 mars 2020

Miss Monde

     Avec quelques brins de paille aux pieds     Miss Monde est sortie de la favela     hors des fourches caudines     pour engendrer une chanson.           De mon corps     la joie épanouie     aux patères de l'entrée     un arriéré mal appris     bonheur en plumes d'oie     sans se retourner     en sirotant le quart d'heure ... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 03:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]