30 septembre 2012

Chaque visage

     Chaque visage est un texte à déchiffrer . Si j'observe le visage de l'autre sans le réduire à ce que je crois en connaître, alors une ouverture peut se produire dans ma conscience et c'est ainsi que Dieu me vient à l'idée . Le visage de l'autre reconnu dans son altérité est de l'ordre de l'insaisissable et de l'infini . Le visage est un continent qu'on a jamais fini d'explorer, une terre sans limite, un océan sans fond . Ses traits, son relief comme celui de l'écorce terrestre, gardent l'empreinte de toutes... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 10:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 septembre 2012

Et bien qu'ayant trop cédé

       Et bien qu'ayant trop cédé pour moins que rien à l'événement extérieur, celui-ci m'a néanmoins permis la lecture de mes démons intérieurs et une petite avancée vers la lumière .   Et ce n'est pas si mal surtout si, le vent brassant les éoliennes,  énumére toutes les possibilités d'émerveiller le monde .   3
Posté par regardauvergne à 10:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 septembre 2012

Remettre ses dettes

       Il me semble être d'une grande importance de remettre les dettes que nos enfants ou nos proches pourraient avoir vis-à-vis de nous . " Tu ne me dois pas l'amour que je t'ai donné, tu es libre de l'accueillir ou de le refuser " . C'est la meilleure des conditions pour qu'ils ne demeurent pas enchaînés par la plus tendre et la pire des dettes, celle de l'affection .   2
Posté par regardauvergne à 09:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 septembre 2012

En poursuivant les variations de Raymond Queneau sur un thème connu

     " C'est en forgeant qu'on devient forgeron, c'est en lisant qu'on devient liseron. " Et en photographiant qu'on devient photographon - C'est la faute au graphe et au fond et si cela se conjoint ça devient " faut grapher le fond " - Il s'agit ici d'une écriture proche de la Vision. Si bien qu'en développant le processus intégrateur de la chaîne faite de mots et de sons de ce qui se montre, l'on passe le mur du symbolisme. Il y a alors accès au parl'être, faille par laquelle s'engouffrent les paradoxes, le non... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 09:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]