23 octobre 2012

Une hutte pleine au fond des bois

      Les écailles de tortue exposées longuement aux intempéries délivrent à qui sait lire de précieux enseignements de connaissances, d'expériences, de sagesse, de coeur et d'intuition mêlés .  Les signes du Mystère . Ne te rebelle pas contre la peur ; elle deviendrait terreur, t'emporterait, et ce serait faire une offense à la vie car il te faut grandir, nommer qui tu es et transmettre le Message . Sois en mutation vers les tendres rivages de l'Amour . Il se pourrait que nous naissions .   30
Posté par regardauvergne à 09:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 octobre 2012

En nos temps de crise

     Il est essentiel de retrouver les racines de nos êtres et nos énergies fondatrices . Le manque de sens qui caractérise nos sociétés actuelles nous conduit à la confusion . Il ne s'agit pas d'édifier de nouvelles chartes plus ou moins éthiques pour la conduite des affaires mais de se poser la question : comment retrouver cette dimension de l'être qui dépasserait les petits jeux sclérosants et pervers de l'ego ? Car si les passions prennent le dessus, le chaos s'installera .   29
Posté par regardauvergne à 09:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 octobre 2012

Se mouvoir dans le voilage des apparences

    Etrange reptation entre somnanbules où la ruine des cités devient la proie des flammes . Se multiplient les solutions bien pensantes - " père garde-toi à droite ! ", " fils n'oublie pas le pas de côté ! " - que les marchands du temple s'empressent de prodiguer au nouveau venu . Alors que nous n'avons besoin que de vigilance active et de simplicité bienveillante . Apparaîtra le libérateur qui, de l'épée à deux tranchants, traçera dans la poussière du sol le plan centrifuge de l'oeuvre à venir . Puissions-nous voir... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 23:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 octobre 2012

Le vigilant

      Le chaperon rouge de l'auguste prairie a froissé ses couettes pour, corolles ouvertes aux caresses du vent, attendre patiemment, puis atteindre en la cible l'insoupçonné souffle de vie que les insectes polinisateurs, par leur ivresse prophétique et poétique, offrent à la démesure d'une nature où l'émerveillement silencieux le dispute à l'exhubérance de la joie .   27
Posté par regardauvergne à 23:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 octobre 2012

Tout un pan de réalité s'effondre

      L'accès à la connaissance des univers du sens est bloqué. Les dimensions de l'âme se voilent. Les raisons de vivre et d'espérer s'amenuisent. La nature devient un objet qu'on utilise et salit. Les rapports entre les êtres humains s'individualisent à un point tel que l'esprit fraternel et communautaire peine à s'exprimer . Les cadres de la morale à trop se rigidifier n'attrapent plus que les alouettes, petits oiseaux des plateaux venteux dont les trilles vertigineuses séduisent les sectataires de l'ordre au... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 23:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 octobre 2012

Celui qui est désencombré

      Celui qui est désencombré ne voit pas le futur avec les yeux du passé .  Il se situe activement  dans la contemplation, préalable à l'intégration de l'amour qui, en bout de pont, lui permettra d'atteindre la rive hors les brumes du vécu sans conscience . L'initiation le convoquera alors à relier " la personne " à son mystère hors toutes les blessures de l'âme .   25
Posté par regardauvergne à 16:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 octobre 2012

De l'individu à la personne .

        Conditionné, mis au pas, obligé à la quadrature du cercle, " l' individu " vivote en périphérie de son chemin . Passent parfois les libres oiseaux de son intuition qu'il accueille avec l'oeil du coeur. Se dessinent alors de riches contrées où bonté, joie, paix et amour scintillent sur l'arc-en-ciel aux mille yeux . C'est qu'il est alors temps de se connaître, soi, de bien vivre pour s'accomplir, en affirmant sa singularité, au contact des autres . C'est ainsi que jaillit " la personne " toute à la... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 15:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 octobre 2012

La nuit. L'insomnie

      Le moment où la main peut se passer de l'écrit, où le stylo se pose et où le nécessaire est ce qui ne cesse de ne pas s'écrire . Parce que l'essentiel, ce qui compte ultimement, est entre les lignes .   Nuits documentaires, désir d'extase, ouverture complète, ou simplement se donner, sans qualificatif .   23   ( d'après une oeuvre de JC Guererro  )
Posté par regardauvergne à 10:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 octobre 2012

A la périphérie des cercles

      A la périphérie des cercles de ma curiosité m'ai apparu le pré carré des implications mondaines, noyau frelaté d'un fruit incertain me convoquant à voir plus avant  " ce qui est. " Libre expression dans un rapport robuste et apaisé, je me suis mis hors de portée de l'enclos de mon intimité pour m'ouvrir et proposer à qui "est là" un bout de chemin à faire ensemble .   22   ( d'après une oeuvre de JC Guererro )    
Posté par regardauvergne à 23:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 octobre 2012

Gardien de la crypte et du tabernacle

      Oiseau-ego de la conscience de soi . Cette nécessité-vide qui s'apostrophe elle-même . Ainsi s'effondre le monde de l'éthique où nous avions nos motifs, nos fins et le Sens, c'est-à-dire la substance de la vie . Moment de retour à l'universel qui en se réfléchissant révèle l'individu comme lieu singulier d'envol de la colombe, comme avènement de la personne .   21
Posté par regardauvergne à 23:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]