01 avril 2015

Quel âge as-tu mon fils ?

         Pour me dire que l'enfant a bien grandi Qu'il est éternel Comme l'éternelle jeunesse du monde .      D'une autre contrée Tu vins Et je m'enquis de te retenir Hors des chimères Hors des moments où la force ne s'imprime plus .   Tu me pris par la main Sans question Sans certitude Avec juste le besoin de vivre ton époque .   Tu n'avais pas besoin d'aide Pour affirmer ton identité Une dose d'absolu t'animait .   J'avais déjà accompagné tes hésitations ... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 18:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 mars 2015

La poésie en sourdine

   La poésie cabre les mots     Elle   L'écheveau multicolore   Déchiré  par sa propre énigme     Elle fleurit et se tait   Elle ondule   Rouleaux d'écume    Elle s'amuse ruse abuse   Elle fuse   Elle ricoche   Elle ricane   Elle rit jaune   Sans se renier   Elle ouvre   Elle offre     Elle ne saurait se soumettre à l'ordre établi  Elle batifole     Elle encarte par sa fragilité   ... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 10:23 - Commentaires [3] - Permalien [#]
05 mars 2015

L'écran de l'âme

         Sur l'écran blanc en sortie de scène le Barbare arrache la gaine dorée de l'idole .     Ignorant les menées vénéneuses il peint et dépeint le processus de création à grandes lampées désirantes .   Il fait craquer les coutures du décor , inconnaissables limites de la piété mise à nue .   Reculant devant la lente montée des eaux il intériorise le regard jusqu'à l'hallucination .   Les pierres du sentier craquent sous son pas , l'herbe libérée rayonne de... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 06:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mars 2015

Par l'autorité de sa main

        Le seigneur de guerre devient prince de paix .   Passeur du double des choses il délivre la lumière recluse dans la boîte des songes .   Doutant de sa propre vision il met des oeillères à son pur-sang .   Le hasard accepté d'une bavure révèle un bleu diaphane .   Il hâte imperceptiblement la chute de l'Occident .   Il côtoie l'énormité de la tâche à venir .   Il franchit le carroyage de l'espace céleste .   Aux marges du monde , dans la manade de... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 11:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
22 février 2015

Le papa de mon papa il s'appelait Henri

          Il vint au monde quelque part dans les Vosges . Devenu très jeune orphelin de père et de mère, il fût recueilli par un oncle d'Epernay . A treize ans il travailla comme souffleur de verre . Avec sa femme Lucie, ma grand'mère, ils eurent cinq enfants, dont l'aîné prénommé Jean devait décéder durant sa première année . Après la Grande Guerre il fût embauché au Métro, à la RATP, où il restât jusqu'à la retraite. Lui l'enfant des Vosges, descendu en Champagne, était devenu parisien. Après... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 01:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 janvier 2015

Deux parapluies

      Le vent souffle , échine lasse , chante quelque part  l'oiseau des étreintes hivernales .   Je ne t'oublierai pas , tu ne m'oublieras pas , pour ensemble dire merci à ceux qui nous extirpent, nous les parapluies de la sortie de liturgie à ne pas choir en fond de vasque , inhalant les odeurs de cuisine mi-chèvre mi-choux mi-reille mi-figue jouant à colin maillard d'une narine l'autre .   Il est permis de se dire que même par temps de traîne la poignée se dresse en confiance... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 11:18 - Commentaires [1] - Permalien [#]

15 novembre 2014

Le dialogue d'au-delà du visible

        Gelures sédimentaires sur ta peau d'ébène , l'orage requiert le son et la lumière .   Danse de l'eau et du reflet , dévalade des textures , généalogies entrecroisées , les connexions se font .   Regard aigu de l'homme déjà-là ; en réception des signaux scientistes que son ego exige .   Conscience élargie , vigilance et porosité , fine lamelle de l'instant énoncant la parole l'espace d'une caresse nocturne .   Cette volonté en ascendance ; révélation de... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 23:44 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
15 novembre 2014

Ma cigarette s'est éteinte .

        Ce matin y'a plus d'essence dans le manchon , la cendre est froide , on aurait mis de fausses fleurs que l'effet aurait été plus saisissant .   Suffit pas de se lamenter , y'a aussi un combat à mener .   On lutte , on se bat . Mais contre qui ? contre quoi ?   Je me bats contre Pierre ou Jacques , alors que c'est moi qui imagine des tas de choses les concernant . Je me bats contre le monde , mais pourquoi couper la branche sur laquelle on est assis ? Je me bats... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 10:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 novembre 2014

N'existe que le labyrinthe

        En nécessité du hasard , sans linéarité , sans que l'étiquette ne soit collée , il n'est de plan ni de loi que cette occupation d'espace , nous les immémoriaux , à se bander les yeux devant l'évidence , pour de coïncidence en coïncidence , soulever le voile de signes et de paroles mêlées .   Au jardin des délices , Isis nue , Isis la décisionnelle que la discorde fait renoncer au cheptel , Isis la toute belle , la striée de nos rêves , la capteuse des... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 11:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 novembre 2014

Seul le vide laisse place et permet la vie

        De ce vouloir saisir , de cet effort à prononcer ton nom , de cette insistance à te prendre pour une évidence , de ce tourisme sur les lieux de naissance , de cette absence d'outils grand'parentaux , de ce gorille au phylactère , Sylvain mon fils, parlant bas , avec des mots surgis d'une trompe d'éléphant , de ces brisures entre les objets , de cette chasse faite aux propos disjoints , la porte s'ouvre , révèle , organise , exalte le monde chaotique  des grands chevaux de la... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 23:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]