23 octobre 2016

De son poing sale

       De son poing sale nez collé contre la bûche ~ la belette fuit   s'appuyer feux clignotant la mort sans vergogne .     302
Posté par regardauvergne à 12:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 octobre 2016

Vite franchir le pas

      Vite franchir le pas de cette vie douce et humble ~ cheminée ouverte .     301
Posté par regardauvergne à 02:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 octobre 2016

Tant et tant de masques

      Tant et tant de masques sous le très lent feu du temps ~ le jour se déchire    traces de lumière entre ciel et terre     300  
Posté par regardauvergne à 00:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 octobre 2016

En lumière d'automne

       En lumière d'automne j'écarterai tes lèvres ~ branchies salvatrices au soir de notre rencontre   299
Posté par regardauvergne à 00:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 octobre 2016

D'entre mes doigts gris

    D'entre mes doigts gris émerge le jour nouveau ~ goutte d'eau offerte      d'une pensée l'autre les lois de l'ombre     298
Posté par regardauvergne à 06:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 octobre 2016

Dans le verre de l'aube

 Dans le verre de l'aube fleur des murs et chat des champs ~ grenouille en instance     297
Posté par regardauvergne à 23:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 octobre 2016

Paré de dentelles

     Paré de dentelles un cierge sur le ventre ~ les ailes du regard   296
Posté par regardauvergne à 23:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 octobre 2016

Il avance le bougre

                                    Il avance le bougre   faible effrayé saccadé ~ pluie de gris souris   295
Posté par regardauvergne à 19:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 octobre 2016

Caché par la neige

               Caché par la neige le miroir rond devant moi ~ je te viens déjà          294
Posté par regardauvergne à 19:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 octobre 2016

Des pleurs dans la maison

    Des pleurs dans la maison la tristesse tourne la clé l'huis grince les murs portent l'humide ses beaux yeux clairs vacillent .   Et pourtant nulle trace de cendres la vie est chaude encore parmi les nuages que la lune encorbelle .   Une fourrure couvre la peur de ses seins nus nourrissant sa bouche les feux timides de la parole deviennent vol de chauve-souris .   Prendre congé à l'opposé du jour quand les enfants dorment quand de froids soupirs se lèvent tel le brouillard en fond... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 03:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]