24 octobre 2019

Poètes amis

 Sont faits pour s'aimer ces deux là     à la cantonade    d'âme et de gargouillis du cœur    s'échappent à petits jets de sang    les ambages sans menottes    d'ailes altières    les passements de jambes    des poètes nos frères    nos pères nos fils    l'accaparée aux cieux    des calmes enfants de la vie simple.       Passant    ôte ton couvre-chef ... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 12:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 octobre 2019

Demain, l'arc-en-ciel

     Aux limites   de la quête et du doute    il y a cette attente,    la clarté en son avènement.           Les nuages peuvent se déliter,    les vents ne suffisent plus,    il y a la marée du cœur    qui monte    et fait vaciller l'être.         La pluie qui tombe sur le ciré    au contact de la peau nue    électrise la conscience    d'être au... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 07:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 octobre 2019

Ma mère de l'autre temps

   Ma mère de l'autre temps    d'où elle venait    je ne sais    peut-être de ce train    au dessus du viaduc    puis le retour en enfer chez les sœurs    sans Marie    abandonnée dans les draps souillés    offerte à la terreur.         Mon père silencieux et amoureux    s'accrochait à sa femme     comme au radeau de la Méduse    courant joyeusement    ... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 17:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 octobre 2019

Se sont rapprochés près du grand hêtre

    Se sont rapprochés    près du grand hêtre    pour effacer les saisons    en remontée des ans passés.         Assis autour de la souche    à contempler la haute ramure    ont remisé en souvenirs    la sente des sangliers.         Puis ont prié    pour que revienne la pluie    sous le craquelé de la soue    bauge des ultimes protections.       ... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 05:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 octobre 2019

Vivre noir mourir blanc

   Se ferme l'opercule du bulot    sur le sable    aux bulles savoneuses    caresse du temps qui passe    au creux des vagues lasses    valse lente      narines dilatées    conques marines ahanantes    la main effleure la levée des voiles    sous la vergue tendue    note métallique du piano    silence racé    sagace errance    d'avant la venue de l'ange    à... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 07:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 octobre 2019

Je roule le tapis de prière

   Je roule le tapis de prière    hors la nuit noire     point de faux semblant    juste la musique de l'ancien soleil blanc    cet amoureux à la colonne vertébrale fécondée.         Je calme mes ardeurs    sans que se brise l'œuf blanc    sur les rails du dogme    loin des codages cérébraux    au reste peu demandeurs.         Je distingue les essences subtiles    au... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 23:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 octobre 2019

Sur le front bleu de ton enfance

    Sur le front bleu de ton enfance     par les passes sombres de la nuit    un œil s'est posé    petite flaque d'eau salée    sur tes lèvres embuées    que le vent pousse    frêle caresse    à peigner tes cheveux bruns    à la base du cou    pour franchir d'un geste    le fond de l'univers    ô ma femme aux reins creusés    sorcière feinte    danse en rond    au... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 05:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 octobre 2019

Me dis que la parole poétique

   Me dis que la parole poétique    c'est comme la mer    bien loin au loin    giboyeuse de rêves    et racleuse de mots    lorsqu'elle griffe la côte.         Et si c'est de nuit    que la foi chancelle    et qu'un vent froid brasse l'écume    les hurlements des marins en détresse    se font entendre dans les criques    chapelles ardentes des trépassés.        ... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 07:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 octobre 2019

Tu entrerais en faisant tinter l'éolyre

      Tu entrerais    en faisant tinter l'éolyre    et le ciel s'ouvrirait.             L'écureuil dans l'amandier    de branche en branche    évaluerait son agilité.         Tu me donnerais des nouvelles    de là où tu es    pour que nos mains se joignent.         Je t'entendrais légère    gravir l'escalier    très haut jusqu'à... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 08:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 octobre 2019

Je muir

   Je muir je muir    et ne puis retenir    les pleurs de la nuit    les nuages en leur course    le craquement des coquilles d'œufs      l'essence des choses    la couleur de l'enfance    le miel des estampes    le milieu entre deux excès    l'inaccompli de la perfection    la poigne du destin.         Me fait vivre    et retiens    la générosité de la... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 08:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]