P1000124

Si profondément enchâssé   

Dans la brouette du jardin   

Agencement de guingois

Devant sécheresse consommée 

Il serait cruel   

De passer outre   

La parole fripée.      

 

De douceur étoilée   

De ces jours qui précèdent   

La tenue de l'office   

Il est gracieux   

De tôt venir   

Les mains pleines   

De l'au-delà de la tradition.      

 

Nul n'en sait d'avantage   

Quand l'eau disparue  

Et que continuent de brûler   

Ces minutes   

À contempler le visage des âmes claires   

À chercher par le coudert   

Le frisson d'un soir d'été.      

 

Elles sont tombées   

Puis se dessèchent   

Les blessures de mon cœur   

Devant la pomme verte   

Trouvée jadis   

Sur le sentier des jours heureux   

Amour et Compassion venus.     

 

Bouger la tête   

Permet l'arrivée effarouchée   

Du feuillage des jours de fête   

Pour pas grand chose   

Endimancher de coups de rame   

Et la vie   

Et le rien des petits instants.      

 

Sommes fragiles   

À ne jamais perdre de vue   

La vague et le salé   

Des choses passées   

Comme de saisir   

La tombée des gouttes de pluie   

À l'orée du souvenir.      

 

C'est à cheval   

Qu'il nous faudra déchiffrer   

Les signes dans le ciel   

Afin de désirer sans avoir l'air   

De s'arrêter   

Devant ce qui s'efface   

Au cristal de notre être.      

 

De sourire   

Primevère de l'instant   

Mène par le licol   

Le destin des rêves rebattus   

Devant printemps venant   

Belle folie   

De l'amandier en fleurs.      

 

Cela restera muet   

Sauf-conduit pour abeilles bruissantes   

Maraudant quelques saveurs   

Sur le pommier du Japon   

Caprice doux caprice   

D'un baiser   

Sur la caresse de l'esprit.      

 

1240