365-IMG_6255

 

Une piécette sur le bord de la table   

Trois petits tours et puis s'en vont   

Les marionnettes de Jeanne   

Puissante mère à l'affût.      

 

Faisant tinter la cuiller contre le bol   

Le matin des réveils attendus   

Je me suis dit   

Que ce devait être une des dernières fois.      

 

Je n'ai pas rallumé la bougie des Offices   

Astreinte consommée   

Pour me prémunir du moment   

Où je serai seul.      

 

La tasse de café   

Cerclée de bulles fines   

Reflète la lampe de dessus   

Sur un fond noir absolu.      

 

Gorgée après gorgée   

Le niveau descend   

Accompagné de fumerolles légères   

S'échappant de la caldera.      

 

Un coup de stylo inoppiné   

Inscrit une trace d'encre   

Sur la main de soutien   

D'un autre geste le silence.      

 

Un silence pas si silencieux   

Que l'horloge et le frigo   

Frictionnent   

En aval de l'impassibilité des meubles.      

 

La tranche du grille-pain    

Me fera lever de la chaise   

Pour quelques manipulations suivies   

Déposer la tartine beurrée sur le plateau.      

 

Serviette toujours pliée   

Prête à saisir de la main maîtresse   

Pour essuyer quelques tâches   

Sur le visage.         

 

Le carnet ouvert page 107   

Accueille la trace   

Des pensées de la nuit   

D'une haleine de miel et d'or.      

 

Repoussant le stylo   

Mains jointes, visage relevé   

Fermer et ouvrir les yeux   

Par petits battements réguliers.      

 

Les pieds bougent   

Crissement du cuir de la savate   

Le dessus des genoux   

Glisse contre le dessous de la table.      

 

Température intégrée   

La veille se poursuit   

De gorgée en gorgée   

Le niveau du café descend.      

 

D'ailleurs ce n'est pas du café qu'il s'agit   

Plutôt de la chicorée   

Afin de préserver le possible sommeil   

Du matin qui suivra.      

 

Le signet du carnet serpente   

De l'ancienne trace de brûlure   

vers l'entre-pages de l'accueil à minima   

Des goutellettes de ferveur, les mots.      

 

Etendre les jambes   

Baîller en surplomb   

Se gratter la tête   

Argumentent un changement de posture.      

 

Du bout du doigt   

Recherche des aspérités du visage   

Friction par la paume ouverte   

Sur la barbe rêche.      

 

Mains dans les poches   

Saisir les restes d'un mouchoir en papier   

Au chaud contre le ventre   

Relâchement pendant quelques secondes.      

 

Finir la tasse de chicorée   

A peine tiède   

La reposer sur le plateau   

Ressentir la descente du liquide jusque dans l'estomac.      

 

Croiser les doigts devant soi   

Pouce contre pouce   

Les deux ongles s'ajustant   

D'une légère pression en immobilité.      

 

Fermer les yeux   

L'horloge faisant métronome   

Revenir à l'intention d'aller se coucher   

Suite à cette promenade parfaite.           

 

 

1206