07-P1000007

Une brèche dans le mur   

au lieu-dit de Gergovie   

réfugié de moi-même   

derrière les pierres sèches   

j'ai vu monter la mélopée cristalline   

des siècles les siècles   

que les Immortels ont généré   

derrière le rideau de brume  

de l'impalpable langueur   

des jours les jours   

passé à subir   

la contrainte d'avoir été   

le dépositaire de l'instant unique.      

 

La nature est métamorphose   

pour qui   

taraudé par les désirs   

descend du bois de la Montagne   

tirant le buisson de genévrier   

sur le chemin poussiéreux   

à changer de main   

quand douleur se fait sentir   

et guetter là où se rendre   

vers la lueur vacillante   

du tunnel de l'esprit   

la maison globalement indispensable   

pour mon propre agir.      

 

Je me lèverai à l'aube   

et j'irai vers Toi   

le grand le petit je ne sais   

à bordurer la détresse   

d'un lieu inenchanté   

de chair et d'os habité   

que nous avons eu la sottise   

de laisser se déliter   

alors que dehors il faisait froid   

nous les immobiles sans nourriture   

guettant la fin du poème   

avec les moyens du bord   

en échange d'un peu de sang.      

 

J'ai peur   

j'ignore   

qui lira ces mots   

vanité des vanités   

au sanctuaire de ma solitude   

la boite à double-paroi   

où je vis   

arrête de me dire merci   

sans racine   

feuillage à vaut l'eau   

au vu de l'orient où tout repose   

j'ai bu mon café   

dans le vieux bol cassé.      

 

 

1200