DSC01332

Laisse des années lumière   

taille de guêpe   

poudroiement de quelques romances   

sur feuilles mortes d'automne.      

 

Rassembler les soirs de frime   

en faire un feu pour la rime   

augure du vent venant   

la chansonnette de l'instant.      

 

De fines coulures d'esprit   

font solides échardes   

sur le cuir des souvenirs   

le rire en cale sèche.      

 

Brille au doigt de ma mère   

la lourde chevalière   

d'or et d'un rubis affublée   

mémoire de Saint-Nazaire.      

 

Dans le désert jappent les fennecs   

aux dunes d'avenir le refrain   

d'un pain sorti de la panière   

de rotin chanfreinée.      

 

Flanelle ajourée   

romance des soirs d'été   

dansent sur la margelle   

les lutins de la fontaine.      

 

Sous l'unique lampe   

l'eau de vaisselle refroidie   

mains dans l'écume jaunie   

les doigts en parousie.      

 

Tranches fines   

le passé se débite   

heurtant comme à l'accoutumé   

le clapet des remontrances.      

 

Il n'est que de vivre seul   

d'une pincée de sel   

du rivage à la dune   

s'efface la trace de l'enfance.      

 

Visage las   

les traits tirés par le sourire   

accrochés sur la patère   

les habits mouillés de la veille.      

 

Des entrées souterraines   

vers l'escalier et que la porte grince   

tinte le pas lourd du grand-père,   

s'éteignent les violons.      

 

Vitrail des pluies dégoulinantes   

à grand renfort d'un souffle rauque   

s'emplie la maisonnée    

d'ordres et de contre-ordres.      

 

Coquille écrasée devant l'entrée   

poules piaillant d'aise   

en ribambelle sont montées du Pradou   

les bacchantes de juillet.      

 

Serrant contre soi   

l'agneau de la veille   

avons comparu devant l'avaloir   

en innocence de toute souffrance.      

 

Grimpant à la cime du frêne   

agitant l'ombrelle de la feuillée   

elles ont rempli les seaux de zinc   

d'un lait aux rides poisseuses.      

 

Remonte peu à peu   

de l'encoignure le frisson   

des étoiles au sortir le soir   

d'une camisole de sueur séchée.      

 

Sur la route dans la flaque d'eau   

les bateaux de liège   

frisent leurs moustaches   

de fin de fête.      

 

Echos noués par la froidure   

les doigts gourds la bouche sèche   

avons rempli de petits bois   

la toile du grenier.      

 

Rencontre singulière   

dans la courbe de Rezentières   

au bas côté des sentiments   

avons planté Hermann Hesse.      

 

Avons vécu serons vécu   

images et sons   

brinquebalant la cargaison   

du bien aimé toute honte bue.      

 

Fermez le ban   

recouvrez l'esprit de famille   

le temps brûlant les planches   

d'une fin de représentation.      

 

 

1150