047-IMG_6463

 

Nuages noirs   

et monde déviant   

le flot des aventures   

scintille   

à même les pustules de terre   

sur un tapis d'aiguilles sèches.      

 

Pas de main derrière la peau   

juste le pas de deux devant l'ailleurs   

à cette heure   

d'heureuse mission   

à regarder les choses roses   

à rebours du soupçon.      

 

Simples et centrées   

les carresses souples   

de charge et plénitide fardées   

sont de peine et de misère   

ce qui cerne de prêt   

l'expérience forte.      

 

A le dire   

avec effort   

d'éclats et d'aurores mêlés   

traduise l'Ouvert   

contre le cœur   

du poème mon ami.      

 

Survenu   

d'une vie recluse   

de carrières abandonnées   

le souffle prospère   

d'un soulier glisse   

sur la sente suivie.      

 

Ne plus gémir   

à se rouler sous l'édredon   

genre particule de l'espace   

à vivre en creux   

dans le maintien revisité   

du choc de l'esprit.      

 

Ohé ! ohé !   

le refroidi

au delà du premier bond   

réminiscence du passé   

l'écureuil de l'émotion    

aux couleurs rousses manifestées.      

 

Un cristal sur ton épaule   

et pan dans le mille !   

la torture caracole   

cortège des ombres   

étreignant d'un flot de sang   

la fraîcheur d'un matin prudent.      

 

Au commencement   

le grand écart   

valse des soifs étanchées   

prononce énonce   

romance consommée

le mystère d'un coin de paupière.      

 

Chants se répartissant   

de débris en débris   

font de lumières mortes   

le grand soleil initial   

sonnant trébuchant   

le nez dans l'herbe mouillée.      

 

Affronter la mort   

sans répit   

à coups de maillet sur le ventre   

en retombée de l'été   

laisse automne apparu   

pour que traces subsistent.      

 

Vagues mucillages   

sifflant tel merle en campagne   

occasionnent passage étroit   

sans quoi tout droit   

serait permis un rondin de bois frais   

dans l'âtre des attentes.      

 

 

1111