SYLVAIN-GERARD 14 le port au médaillon

 

L'outre mer   

au lavabo dédiée   

pustule caoutchoutée   

en bord de bar   

disposé à marée basse   

contre le zinc   

à se mirer   

près du tabouret de l'enfance   

disposant un Gauguin tahitien   

advenu   

coquille nue   

sur le vieil océan    

à vaquer   

bras levés   

vers l'apôtre des afflictions   

martin pêcheur   

des aventures triées sur le bâbord   

à signaler dans la brume poisseuse   

le bruissement de l'eau    

contre les flancs du vaisseau.      

 

Je t'attends   

près de la table   

je t'entends   

par les coursives désertes   

chanter une contine   

pendant que mère-grand   

dans son médaillon   

ressasse lèvres pincées   

l'amour des livres   

empilés au bord du lit   

sans que claquement de langue vienne troubler   

les espaces s'emboîtant   

dans le glacis blanc des événements.      

 

Au loin la ville   

de La Rochelle à New-York   

tout doux mon fils   

nous y arriverons   

et franchirons les ors de l'absolu   

à piqueter de particules lumineuses   

la caravane des brumes   

mouettes perdues dans un ciel étrange   

alors que jaillissaient les notes graves   

du sans souci sans lieu sans projet   

jusqu'au rien.      

 

L'air en sa liqueur bleutée   

rejoignait le barbouillé du comptoir   

pour se hisser   

à hauteur du hublot   

à voler de crête en crête   

de mot en mot   

le sourire sous le casque fleuri   

en méridienne de notre cap   

un cran par dessus    

à saisir par le col   

le vide écran de nos nuits    

à franchir les écluses bruissantes   

quant force était de se dresser   

un trait au dessus de la flottaison   

dans l'ardeur de l'écriture.      

 

Garde toi mon fils   

de l'écume des jours   

tout autour disposée   

sur nos têtes couronnées.      

 

Il se pourrait   

qu'en terre nous soyons    

le babil bienheureux   

de la vie incessante.      

 

Même éphémère   

le poinçon du nouveau-né   

contrariant en ses principes   

nos pensées impensées   

évaluera notre trait de côte   

le long des golfes sages   

marcheurs infatigables    

de notre distraction à être   

semence de l'oubli   

ultime ricanement   

avant le petit tas tout gris   

de nos jours accomplis.      

 

( Le médaillon - fusain de Sylvain GERARD )

 

1107