290-IMG_6590Dans l'instant   

je rougis de ta venue   

et ne puis toucher ta main   

de mon souffle   

en épanouissement   

de la riante promesse   

de pouvoir te faire naître.      

 

Il y eut cet accroc   

des hommages répettés   

à la porte des temples   

alors que je quémandais   

les caresses naissantes   

d'un soleil virginal   

arrosé de pudeur.      

 

À même l'argile prégnante   

je rompis le cercle des sphaignes   

pour d'un arc murmure   

écarter les lèvres aimées   

de cette mort entretenue   

baignant d'étranges chevelures   

la mélancolique nuit.      

 

N'y pouvant mais   

gonfler ses narines   

et prendre ailes de colombes   

font que le cœur palpite   

en fierté d'entretenir   

le souvenir des floraisons   

à même un doux baiser.      

 

 

1105