248-IMG_6569

 

 

Viens, des plaines infernales   

que la jeunesse abhorre   

m'ouvrir par le devant   

le ventre   

pour me regarder mieux.      

 

 

Septembre au sceptre doré   

annonce l'enclosure de la maison   

quand passe soleil en firmament   

de la journée   

ma belle ombragée.       

 

Fussent subreptices   

les apparitions de l'ombre   

rien n'empêche d'être clément   

par les chants par les roses   

ô fruits de la lumière.      

 

Sitôt aimée   

quand brille l'aube   

je m'aperçus qu'en son esprit   

gisait par le travers   

son corps ensemencé.      

 

Roulez à cœur perdu   

par les sentes ombrées   

nos âmes empenaillées   

qui devant l'âtre   

soufflent la romance aux grandes fêlures.      

 

A pleines mains   

les joues en feu   

ils ont vaincu la parole imparfaite   

à s'enivrer, à se défier   

avant d'éclore au lendemain.      

 

Point de papier froissé   

à la corne d'abondance   

par les chambres secrètes   

soufflait un cercle d'air   

embryon des coulures de l'esprit.      

 

Ployons la baguette du sourcier   

par dessus la rime gonflée   

stance odorante des rires infernaux   

saisie sans linceul   

seul à seul la joie fuyant la peine.      

 

Au pic épeiche de la forêt   

perché sans arrogance   

le menhir arguait l'accomplissement   

de tant d'années à soulever encore   

au passage des korrigans.      

 

 

1104