076-IMG_6477

 

Le jour j'écris   

Je participe   

Je préempte.      

 

Le soir je lis   

Manière de voir en lettres bleues   

L'histoire des origines.   

 

Et partant je ressasse   

J'ouvre la géhenne    

Des faits passés.      

 

Dans les halliers du temps   

Se bousculent les impressions    

Bêtes franches à l'empreinte sacrée.      

 

Dans un sfumato clair-obscur   

Se dresse le menhir   

De ce qui serait vrai dans tout cela.          

 

A portée de voix   

La maîtrise de soi   

Colmate les souffrances.      

 

Le vent présentement   

Ne peut faire frissonner le cerisier   

Sans que souvenirs viennent.      

 

Les enfants et parents   

Font claquer le fouet   

Des comptes à régler.      

 

Déjà vu   

Déjà entendu   

Et c'est déjà demain.      

 

Il n'y a plus d'ailleurs   

Aux cintres de la beauté      

Pendent les pensées molles.   

 

Les feuilles peuvent tomber   

Chaque année je ne les entends plus   

De ma maison aux multiples entrées.      

 

Les allées couvertes   

Recouvrent les morts   

Pour plus de gratitude.       

 

Restent de ci de là   

La repousse de l'entendement   

Au mépris des conventions.      

 

Se déposséder   

Infléchit le futur   

Vers ce qui sera.      

 

Loin des listes et autres dépliés   

J'ai suivi le panache blanc   

Des bifurcations de la raison.      

 

De chemin   

Point   

Juste les formes blanches de l'illusion.      

 

Arranger   

Sans se ranger   

Offre visions.         

 

Par la brèche   

J'ai vu fumer   

Le premier feu.      

 

Petites mains du destin   

À la peau douce du matin   

Je propose que l'esprit vienne. 

 

Si je claudique un peu   

C'est par frayeur et émerveillement   

De faire voler en éclats les phrases ordinaires.     

 

Ainsi dépouillés de tout     

Il se peut que nous soyons bienveillants   

Vers là où nous allons.      

 

1100