323-IMG_6434

Ô Princesse   

piéta de mes années premières  

que ne t'ai-je espérée   

par les chaudes journées d'été  

inondant de désir   

la course des nuages      

 

Y aurait-il encore   

de ces fines fleurs   

à permises entrées   

où je puisse éprouver   

vigueur contenue   

une retenue de bon aloi      

 

Offrant dans l'allée des ormes   

la douceur de l'ombre   

me serai je alors permis   

d'allonger la parure de l'écriture   

sur l'aube d'une vie   

aux senteurs de buisson ardent       

 

1084