046-IMG_6285

 Le vrai du faux   

se conjuguent en cerceau   

du cercueil le bois dur est caresse   

pour l'exécuteur des œuvres      

 

A ne plus entendre   

le son des heures vraies   

j'ai perdu la romance   

et le plaisir de plaire      

 

Sous le veston   

le gilet   

et tout ce qu'il contient   

comme cœur à aimer      

 

Tendre menace   

que celle d'avoir derrière soi   

le cri de sa naissance   

entortillé sur l'autel de la conscience      

 

Plume fragile   

sous l'aisselle de l'oiseau   

l'ordre a été donné   

de se départir de l'isoloir      

 

Filent éternels nuages   

jamais plus ne reverrons   

le même et le mot   

en leur imitation      

 

La beauté s'échappe   

par le fait d'être advenue   

tel amant entrevu   

au passage des grues      

 

Et pour de vrai   

sans vanité   

il n'est que feu et flamme        

de vivre avec les morts

 

1083