IMG_5694

 

Roulent les émotions   

sur la route des vacances

quand sautent les bouchons.      

 

Depuis le commencement elle était là   

l'immense obscurité   

à la barbe humide de varechs.      

 

Elle avançait   

comme un battement de cœur sourd et lent   

elle ne pouvait faire que ça.      

 

Et ça prenait des années   

là où elle avait été   

à l'ombre des citronniers.       

 

Le temps aux bordures horlogères   

clignait de ses étoiles   

comme on fume un pétard.      

 

Sans us ni coutumes   

les lambeaux de papier peint   

faisaient sonner leurs clochettes.      

 

Graffitis de mes nuits   

scotchés sur les murs de la cité   

les ronds de jambe en plus.      

 

Confettis de lumière plein les yeux   

les mains croisées sur le ventre   

attendre les mots heureux.      

 

Sur le pont du nord   

un bal y est donné   

pour quelques doublezons.      

 

Petit homme des rêves   

aux jambes fines   

montreur d'ours   

à son corps défendant   

vers un bel horizon   

parti à reculons   

les nerfs en pelote   

en abstraction   

au pays des sphères   

telles gouttes de sueur   

tombant à déraison   

sur le couvercle métallique   

des heures creuses.      

 

Plein le ciel   

les yeux de Marlène   

inondèrent de pensées   

les sommets enneigés   

de tendres roucoulades   

d'étreintes et de choses écloses   

l'espace d'une nuit   

à parer le bouquet de flamboiements   

alors que le Verbe infini du poète   

efface l'objet   

pour se dépouillant   

être la chose qu'il dit.      

 

 

1040