DSC00648

 

Je m'isole   

Et me plais en soleil   

De mars aux pissenlits amers.      

 


Je craque l'allumette   

Sur la dalle de ciment   

Portant poulaille au paradis.      

 

Je trace les traits de lune   

A la porte des fermes   

Au cloutage parfait.      

 

J'écoute ce qui va venir   

Mais rien ne vient   

Hormis la foi en cet appel.      

 

Je suis sûr que les mûres   

Glousseront d'aise   

Sous la dent du renard.      

 

Et pour que passe la forme   

Je souffle je souffle   

Sur le brasero rigolo.      

 

La peinture craquelle   

A tire d'aile   

Le printemps se ramène.      

 

Puissions-nous les êtres de ce monde   

Porter en avenir   

La lumière éternelle.      

 

A couvert sous la ramure   

Près du pré où paissent les bêtes   

L'aurore s'est posée.      

 

La source coule   

Les oiseaux piaillent   

L'amandier fleurit.      

 

 

1010