P1000122

 J'ai sorti les mains des poches    

Pour ressentir si la pluie tombait    

Sur le dessus des doigts.        

 

Et s'en était trop    

Je t'ai vu    

Etincelant dans ta parure princière.        

 

Du coin de l'œil    

Nous sûmes que nous n'avions pas su     

Nous purifier dans l'ombre de l'autre.        

 

A se remémorer    

Le temps des cerises    

Reflète une aurore immobile.        

 

Aux plumes passementières    

S'échappent par la coursive    

L'odeur d'un méchoui.        

 

Prudence et pommes reinettes    

De nuit comme de jour    

Il fallut bien du courage pour se quitter sans ambages.              

 

Battre la campagne    

Entre bleuets et coquelicots    

Froisse les blés aux longues tiges d'antan.        

 

Quand le vent peuplent les peupliers    

Sur la boîte de bois    

La rose seule.        

 

Mon petit des horizons bleus    

Montre-moi    

Cette aube éternelle.        

 

Saisies au caramel    

Les pièces du tronc    

A brûler sur l'autel.        

 

En cet été en associés    

Cruauté du passage rapide    

Des fleurs séchées sur le pavé.        

 

Marcher dans l'allée des Alyscamps    

Avant que tout soit emporté    

Forme sagesse sur le champ.        

 

Par deux    

Quand défilent joies et peines    

Restent souvenirs aux cintres accrochés.        

 

Flocons de rire    

Parsèment rue Nicolle      

La chambre des enfants.        

 

Finement épris de toi    

Avec la fleur de genevrier    

Avons ouvert le bal.        

 

Tendrement    

Sur tes genoux    

Avons posé la paume de nos mains.       

 

Quant au kompucha    

Y'en a plus et c'est bien ainsi mon amour    

D'avoir vécu si peu soit-il.        

 

Si tu voulais    

Signe d'en haut ou d'en bas    

Me montrer le chemin. Je prends.        

 

 

973