IMG_6587

 Sagement assis sur la pierre  

Eugène pensait à Onéguine      

L'homme de la Terre Noble    

Au bourgeon décroché de son arbre.        

 

La Main passa de gauche à droite    

Pour effacer la buée sur la vitre    

Sans prendre garde aux coulures    

Rassemblant l'eau dans la gouliche.        

 

A la faveur de cette année nouvelle    

Forces missives envoyées    

Aux maisonnées connues    

Resserrèrent nos liens.        

 

D'avoir retirée la boîte    

Apporta un peu d'air    

Pour senteurs vermeilles    

Entonner "Vive le vent d'hiver".        

 

Le porteur de clavicule    

Ce génie de l'écriture    

Lorsqu'il traversât la rue    

Fût renversé et mourrut sur le champ.         

 

Nous continuions de marcher    

Et les pieds nous faisaient mal    

Nous continuions de travailler     

Et les mains nous faisaient mal.        

 

Nous ne savions pas aimer    

Hormis à l'entrée des cimetières    

Retrouver nos frères et sœurs    

Tête baissée et fleurs jointes.        

 

Cela était un rêve    

Ou plutôt une opportunité    

Pour confirmer notre destinée    

Pleurer et sourire en sortie de scène.        

 

Préparons-nous    

Tous ensemble    

De vivre du puits et de la terre    

Pour répondre à l'Appel.        

 

Sans trop voir clair    

A force de toctoquer à la porte    

Il se pourrait qu'elle s'ouvre    

Et d'entrer à l'Intérieur serait la Joie.        

 

Les beaux visages de belles personnes    

Nous accueilleraient    

Nous les récipiendaires inspirés    

De la communication avec l'Invisible.        

 

 

967