90-_MG_2382

 

Se piquer aux épines du sacré   

Pour découvrir à nouveau toujours et toujours    

De quoi nous sommes fait.        

 

J'entrerai à l'arrière-plan    

Blason des cinq doigts de la mémoire    

Prêt à quérir le jour qui m'a vu naître.           

 

Il y a le Merci    

D'avoir été sur le pavois de mes ancêtres    

Le continuateur du chemin.         

 

Il y a le Regard     

Porté aux choses de la vie    

Pour que décoction faite le Beau fleurisse.        

 

Il y a le Mouvement    

Et ses perpétuelles incartades    

Qui m'ont conduit vers la contrée des amours.        

 

Il y a le Silence    

De l'écoute de tout ce qui arrive    

De nuit comme de jour par la fenêtre ouverte.        

 

Il y a la Machine à remonter le temps    

Pour plonger dans ses origines    

A coups de trique sur le râble de l'orgueil.   

 

Bien m'en pris

De compiler les us et coutumes 

A l'aube de notre rencontre.

 

Quand, hurlante météorite

Elle apparut déterminée et sauvage         

Dans l'ample mandorle de lumière vêtue.                

 

Dès la première phrase qu'elle émis

Je fus irradié par sa perspicacité

" C'est quoi qu'ils font ceux-là ? "

 

S'en suivi le passage de la ligne de démarcation

L'appel aux forces vives de la nation

Pour effectuer le Grand Retournement.

 

...............................................................

 

Passer la main 

Sans pression sur la flamme de la bougie

Permet de sceller le coffre des missions.   

 

Les chardons ronds de l'hiver    

Griffent mon cœur offert    

Aux assauts d'un soleil levant.        

 

 

959