09-IMG_5280

 De Maxime le Bretteur    

J'ai emprunté la sacoche de cuir    

Pour m'enfuir sans que le vent me nuise    

 

A même de la déposer de parcimonieuse manière     

Aux portes des granges.         

 

Pour Maxime le Bretteur    

J'ai entonné du mât de misaine    

Le chant gracieux des mouettes mes compagnes    

Quant le pont grinçait   

Sous la houle hauturière.        

 

Il y avait là    

Les mille yeux de l'écorce    

Que nul ne s'emparaît

Quant l'eau rejetée de rocher en rocher    

Formait étoupe joyeuse sous les rires du soir.        

 

Plus de vague    

Que le monde me semblait bon et dispos    

Dans la douceur des embruns de l'été    

A rassembler plaies et bosses près des colones terminales    

Parmi les sons et la lumière du finistère.         

 

Pris de tremblements    

Je souffrai et n'en laissai rien paraître    

De cette posture incantatoire    

Que la trêmis des circonstances    

Rendait propice à la tenue de nos rencontres.        

 

Sarclé de près    

Le prince des jardins japonais    

Laissait poindre une vapeur terminale    

A l'endroit d'un sentier élevé vers l'horizon    

Aux chemises des cieux essorées par la gratitude.        

 

Là, point de paroles    

Juste un filet d'air    

A la commissure des lèvres    

Le souffle doux de la perfection    

En échange du passage de l'Oiseau.        

 

 

945