005-IMG_5164

 Cette imagination     

Faite de perceptions    

Et d'appréhensions des choses  

Qui n'ont aucun corollaire avec le monde vivant.        

 

Cette faculté de voyance    

En forme d'intuition    

Un plongeon dans le royaume des causes    

Une faculté d'intra-observation.        

 

Se cristallise l'in-commencé    

D'une projection de film sans lanterne    

Mais que l'horloge du temps fait tourner    

Par la magie de la pensée créatrice.        

 

Une butte piquetée d'essences arbustives    

Fait sienne sa propension    

D'être là entre nuages et prairie    

Sans imaginer la sortie.              

 

Un bubon jadis de roches rouges puis noires    

Recouvert de verdure    

Etendue virevoltante sous une saute de vent    

Être de la terre profonde les fumerolles du printemps.        

 

Arrimés aux larmes remontantes    

D'une bascule dans le matin des magiciens    

La surprise d'être propriétaire de ses gênes    

Enchevêtrés à nous tels de gros bébés.        

 

Il y en a sous la semelle    

Disaient les courtiers du voyage    

Et plus on baisse l'abat-jour    

Plus le décor devient de corps et d'esprit imprégné.       

 

Le gros tuyau des amenés    

Parvint alors à essaimer    

Pierres, plantes, eaux et mystère    

Dans l'air sulfureux d'un théâtre d'ombres.        

 

En coulisse les peignoirs sont ôtés    

Apparaît le deux de couple    

Tête contre clavicule    

Du dentifrice dégoulinant de leurs bouches.        

 

" Oui monsieur, être capable d'aimer    

C'est lui offrir un chien    

Ou une verdure à fourrer dans le jardin ! "    

( Avec un calme nouveau et inconnu dans la poitrine )          

 

" Viens, allons nous promener dans les bois     

Au gré des chemins de traverse    

Et si le loup se montre    

Dansons la carmagnole ".        

 

Regardons-nous    

Dans l'intensité des vibrations    

De l'expression de nos visages    

Aux bosses et fossés inscrits.       

 

Ainsi posés en arche sur les grands fleuves de la vie

L'homme s'échappe de l'Actuel 

Pense dans l'Immanent

Et cherche à dégager la vérité hors de l'Ephémère.

 

Nos couches d'aïeux sont à écrémer

Pour se nourrir du passé

Comme fouiller dans le tréfonds de soi

Ses rêves de la nuit.

 

 

932