DSC06060

 Une seule pensée d'amour    

En guise de bonheur   

Et puis l'espace s'étendre    

Aussi loin qu'être libre    

Porte ouverte    

 

Sur la vallée des arbres en fête    

Décrire par le récit de notre vie    

La suite des bontés    

Cette assignation

À voir vrai.        

 

La soif et la faim    

Drapaient nos ventres plissés    

Plus étranges encore    

Que ces chouettes effarées    

Clouées sur la porte des granges    

Alors que scintillait  dans la flamme des lampes    

Notre offrande reprise    

Au mépris d'une patience convenue    

Qu'aucune armure ne pouvait recouvrir    

Sans offenser les promesses d'antan.        

 

D'un claquement de doigt    

De blanches voiles recouvrirent d'incrustations    

La partie brûlée du champ de mars    

Pendant que passaient les cygnes à la voix mélodieuse    

A contrario de la vision soutenue    

D'une forêt à perte de vue    

Echancrée de clairières    

Aux puissants feux élevés    

En respect de ceux qui nous gouvernent    

Les hommes grands de l'Eveil requis.        

 

 

929