087-IMG_5025

 

Ce mutant    

A la frontière entre les vivants et les morts    

En grande pitié d'être au monde    

Cet infirme qui ne vit qu'en images    

Ne saisit rien.        

 

La réalité semble lui importer moins que la vérité    

Pour devant le souverain rivage    

Rejoindre sans trace d'arrogance    

La petite fenêtre du fond de la chambre    

Marquée d'un ange de Noël.        

 

Là, des douzaines de livres    

couvrent la toile de Jouy de ses murs    

En dépossession de soi    

Sur la fuite culturelle de sa durée d'homme    

Fierté incarnée hors la Présence.         

 

Puis vint la Parole    

En simplicité inouïe    

D'une ouverture vers la tasse de café    

Posée sur la nappe rouge    

Tel un rai de lumière au lever du jour.        

 

Couvre-toi de la couverture de survie    

Retrouve les formes premières    

Les rythmes inhérents aux autres êtres    

Réinstalle l'ordre des signes qui fascinent    

Sois disposé à l'accueil de l'abîme du mot.        

 

 

925