168-IMG_5070

 Me voici   

dans l'allée des oliviers   

à marauder le chèvrefeuille   

secrètement épris   

de la grenouille au jabot vert.   

 

Le barde se révèle   

comme sang chaud des réceptacles   

du cours tumultueux   

de cette nostalgie   

empreinte de tendresse.      

 

Et de détresse   

au fanal tombé en mer   

j'offre la bouée   

du poème que j'aime   

pierre où reposer ma tête.      

 

Je crois aux cris de l'hémicycle   

avec pour rituel bleu-pastel   

le chant des marins de Terre Neuve   

descendant la coupée   

les bras chargés de morue sèche.      

 

Bien plus bas   

je crus voir   

à même le bol de terre cuite   

la mort et la vie   

se dévorant l'un l'autre.      

 

Quant à mes enfants   

que le temps distribue   

en paix   

aux nuages sans duplicité   

j'ai déchiré contrat et promesse.      

 

Le vent m'emportera   

en mélancolie   

la main sur la bouche   

attendant l'ombre de la stèle   

se reflèter dans le souffle de la Bête.      

 

L'ahan royal des soldats du dédain   

reflète en jachère   

l'épaule charnelle du rebelle   

causerie de fin de siècle   

au vent donné des graminées.      

 

Ma douce Nature   

aux feuilles éternelles   

au soir revenue   

vous êtes allée si près de moi   

que le charroi s'ébranla.      

 

Explorant la brume   

aux formes replètes   

mon âme s'élèverait   

sur le devant des estives   

comme Voie Unique.      

 

 

874