45-IMG_4895

 

Acrostiches des poésies de grand-mère   

selon la période intermédiaire   

nous élevons les signes au paraître des fers.      

 

Les miracles abondent   

et singulièrement nous nous en éloignons   

sans que le tonnerre gronde.      

 

Nous fûmes morts   

et renaissons en silence   

en tirant la couverture au sort.      

 

Point de réalité   

juste un parfum préféré sous le masque   

devant la porte verrouillée.      

 

Quelques hommes de bien   

et peu frileux   

se sont délestés de leurs liens.      

 

Annonciateurs d'une Vision   

ils ont clamé le message d'être vivant   

tel rugissement de lion.      

 

Et de frapper du talon   

les thuriféraires joyeux   

sans que le temps limite l'intuition   

en complément intemporel   

d'une marche forcée   

sur les dalles de basalte   

de l'oppidum de lumière   

accueillant le corps et la matière   

d'une VIE-UNE.      

 

 

860