028-IMG_4827

 

 

A livre ouvert   

pour que la nuit vienne   

l'orage s'abreuve au guignolet des ondes folles.      

 

Il est nécessaire de pousser la page   

hors des limites du supportable   

jusqu'à la garde à l'improviste.      

 

Du creux des vallons   

montent les pleurs   

près de la pierre qui vire.      

 

Et que vivent    

les fibres cousinières   

de nos rencontres d'été.      

 

S'il est permis de naître   

et bien naissons dans un essaim d'abeilles   

sans que le sachant sache.      

 

Poussée retenue près de la rivière   

la poudre d'escampette   

offrit la paix et la lumière.      

 

Sous l'arc-en-ciel   

de nos souvenirs posturaux   

s'organisent les claquements de langue   

orgiaque apparition   

des mains aux veines marquées   

dont les doigts de verre   

à petites lampées   

plongent dans la cupule du destin.      

 

 

858