032-IMG_4829

Jusqu'en 2000   

je grandissais et puis v'lan   

tout à trac dans le sac des tracas   

je passais la barrière   

pour me trouver coit   

sous le pont des mystères   

à contempler la lumière   

par les deux bouts de la lorgnette   

à écouter le clapot de la rivière   

à échanger quelques remarques altières   

sur le temps qui passe   

de saison en saison   

au retour des vacances   

à se dire qu'à la rentrée   

il y aura du grabuge   

et que l'air automnal sur le visage de l'été   

n'augure rien de bon   

si ce n'est d'éventrer d'une ruade littéraire   

le sac des acquis de la veille   

ces gerbes de mots et de souvenirs   

que le chant de l'estran   

exhale à regrets   

dans l'entre-deux de la chose et du langage  

à lire sans y souscrire   

esquive permanente   

à ne pas décoller du panégérique des bouches pleines   

s'essayant l'espace d'un hoquet   

d'engendrer l'arc-en-ciel des fuites en avant   

hors l'aiguière d'argent plus prompte à se mouvoir   

qu'apte à recevoir les crachottis des amants de l'esprit.      

 

 

856