Dscn3583 ruisseau le Couzon lumineux B

 

 

 Brillent effleurent   

de clameurs de frissons    

les yeux ronds des violons   

sans un regard vers l'horizon.      

 

 

Feuillage qui bruisse    

sage enfant en bord de l'eau   

la goulue des marais   

femme galante   

des fragrances matinales   

éclabousse de mousse      

le dos rond du garçon   

occiput élevé en caparaçon  

la libellule menue se tait   

près des roches à cru   

sourire d'ange   

aux yeux de biche   

sagaie portée haute   

par le chantre   

pic-épeiche d'acier   

aux griffes enrubannées 

embrasant la fleur de rêve   

passementerie   

sur les épaules de l'aube   

pour que vive le tambour   

de l'amour    

à rebours de l'écir   

pusillanime effort   

pour contempler   

le rien d'un chant divin   

pusillanime effort   

pour levée des essences pures   

déposer la chaude fourrure   

en ces temps de chasse barbare   

toutes étoiles à terre   

à se courber   

sans effacer   

la trace saigneuse des dents   

sur l'échancrure   

de la voix se glaçant   

pâquerette fluette   

au niveau des instincts   

offerte   

tel bijou roux   

devant la porte des amazones   

élevées en sérail   

caravane de sel   

cardant de leurs poils roides   

le flux le reflux   

déhanchement incandescent   

sous le dais pimenté   

d'un jour de semaine

à la romance édictée   

sans que frémisse   

la fleur de magnolia.       

 

Icône pourpre   

échappée au regard de l'invisible   

il fût recommandé   

de manier le fer à chaud.      

 

 

819