213-IMG_4329

 

A plein poumons   

j'ai humé la note cristalline du ruisseau   

et le chant des oiseaux   

près des grands hêtres du château.      

 

Ô mère des sollicitudes   

que les gens sont bruyants   

dans la plaine où les forges ronflent   

à poursuivre le temps perdu.      

 

Il y eût de bien belles fêtes   

quand glissants sur le plancher   

chemises strictes et pantalons pré-déchirés   

des mains se joignaient dans l'azur.      

 

Ce serait pire de cueillir    

quelques fleurs derrière le barbelé   

pour franchissant le fossé   

arraisonner le monde des permissivités.      

 

Farouches et enclins à la dérision   

nous cheminâmes en vaticinant   

où tant attendu   

l'enfance tintinabullante   

de sa marche du crabe   

osait défier par d'étranges pitreries   

les Incroyables de la poterne.      

 

801