13 04 19 - rue Gambetta printemps 069

 

 

 Le muscaris       

          qui rit de ses grains    

          en grappes phalliques    

          époux de la main.      

 

L'œillet du poète    

          du grand-père aux dents acides    

          au silence vrai    

          à la tige enchâssée.        

 

La campanule    

           penchée vers la terre    

           du clocher à étages    

           aux abat-sons de bois.        

 

La pâquerette    

           fluette et en foule    

           clame le soleil    

           dans l'herbe rase.        

 

La scabieuse    

          hampée haute à petit duvet    

          prête à s'orienter    

          là où la lumière opère.        

 

La centaurée    

          ciselée à souhait    

          brassant l'air pour farine future    

          mûrir un soir d'été.       

 

............................................................................................ 

 

Il ferma les yeux    

après les avoir ouvert    

quelques années auparavant.        

 

Pour de ses doigts bleuis    

enserrer le précieux caillou     

de derrière la maison.        

 

L'esprit de la Mareuille    

plane dans la cour    

d'une présence douce.        

 

Riquette me regardait    

en penchant sa tête    

prête à obéir.        

 

Des voix graves montaient de la lande    

une pluie fine    

faisait se courber les joncs.        

 

Aux vieux frênes    

adresser quelques mots    

enchâssés qu'ils étaient dans les pierres du talus.        

 

Les médailles commémoratives de Verdun    

sous le portrait à la fière moustache    

Jean-Baptiste Victor.   

 

......................................................................................    

 

A lire le dictionnaire    

Tout En Un    

les pages roussies par le soleil.        

 

A chanter seul    

sous la nef de l'église    

par le jeu de l'écho être ardente prière.        

 

Figure pieuse    

dans son cadre en verre    

recroquevillée par la gravité.        

 

La main épaisse    

durcie par les travaux de la ferme    

arrachait les orties sans douleur.        

 

Pleurs du matin d'un jour    

avec le faisan sur la barrière    

tête sèche posée sur la pierre unique faisant siège.        

 

A l'épitaphe terminale    

faire une ronde des mots    

que le promeneur lira de l'autre côté.        

 

Agenda illustré de dessins d'enfants    

une île de protection    

avec tout ce qu'il faut pour subsister.        

 

Avant "il y avait"    

"j'ai été"    

et puis après "il y aura".        

 

Des pas sur le gravier    

craquent les chaussures à semelles de crêpe    

par les chemins poussiéreux.        

 

De génération en génération    

les trompettes renomment et résonnent    

pour que se succèdent les humains de cette Terre.        

 

..........................................................................................................

 

Les murs de briques    

au crépi disjoint    

voient défiler la marche du temps.        

 

Dans le bois au loin    

l'homme et la femme creusent un trou    

avec une bêche ardente.          

 

Y déposent des pièces de monnaie    

dans un mouchoir pour recouvert de terre                  

faire un signe de croix.        

 

S'asseoir sur la chaise cannée    

au bout de l'allée    

les jambes pendantes.        

 

Dans les bois    

par le sentier    

aller jusqu'au bout du bout.        

 

Vers la lumière dans la clairière    

flamme derrière laquelle les ancêtres    

dansent la bourrée.        

 

Revenir sur ses pas    

toi l'enfant de dix ans d'âge    

vers la plaine immense.        

 

Défilent les arbres    

avec le chat toujours dans les bras    

tête, pattes et queue ballantes.        

 

L'homme finit de calfeutrer la fenêtre    

de planches entoilées    

clouées avec vigueur.        

 

S'étendre sur la terre nue    

par le noir advenu    

vivre à en mourir.        

 

 

 

769