010-IMG_3406

  S'approcher de l'arbre

l'écouter    

puis se servir.        

 

Hors des buissons et des arbrisseaux    

une percée de lumière prélude à la rencontre    

du grand placide.        

 

Il ne demande rien    

que l'abeille lui fournisse déjà  

mais il pompe le ciel et la terre.        

 

Ne lui demandez rien    

tenez vous simplement contre son tronc    

contre la vie.        

 

Ça pique et ça pince    

quand le froid vitriole le sous-bois    

et que l'orgie de glace palme les sens.        

 

Une croute minérale s'attache aux branches    

pour casser d'un bruit sec la levée des couleurs     

sans que sursaute le sanglier à l'affût.        

 

Ils ont aménagé les abords du Fabuleux    

à un kilomètre à la ronde les panneaux sont en place    

pour aller joindre les mains autour du fragile géant.        

 

La lune parfois est au téléphone    

et jongle flamboyante d'une branche l'autre    

dans un air vibrant et grouillant.        

 

J'ai planté mon trépied et attendu    

qu'elle passe devant l'objectif    

juste une fraction de seconde.        

 

Avec ses cuisses frippées    

elle répondra à mes tambourinades digitales      

pour m'envoyer un sourire froissé.        

 

Là, une ouverture sur la droite    

irrise mes souvenirs    

en une impérieuse nécessité d'aller y voir.        

 

Droit, le prédateur était là    

et dire que je ne l'avais pas prévu    

un peu pressenti peut-être.        

 

J'ai hurlé de toute la force de mes poumons    

et mes dents ont craché de la couenne    

les restes de viande de la dernière bouchée.        

 

Tout est enfreint    

un concert de casseroles fourgue la beauté    

aux herses du passé.        

 

Figurez qu'ils nous restent quelques préjugés    

pour que les signaux d'alerte nous mènent en enfer    

nous les fléchisseurs d'ordres.        

 

Moi complice ? Jamais    

j'ai fracassé les tibias de mes voisins    

pour les faire sortir de la lassitude.        

 

Furieusement inscrits aux pages jaunes    

nous avons débranché le répondeur    

pour de nos yeux vairs chanter l'ode des bois oubliés.        

 

La liste s'était allongée    

des noms étranges dégoulinaient des paragraphes    

une folie volontaire devenait substance vide.        

 

Un vol de moineaux jaillit d'on ne sait d'où    

écrasant de ses piaillements l'ombre prégante    

par la pose à profusion de points de suspension.        

 

Méditer n'était pas avantageux   

les anges s'étaient enfuis vers les montagnes    

pour un grand symposium.        

 

Sciller de la paupière    

formait une vasque pour les pleurs    

capable de nourir le sourire de la sidération.        

 

Le cortège se mit en marche    

dans une brinquebalante carioca    

aux frasques reconnues et admirées.        

 

Paraît que l'année claque de la langue    

quand l'heure d'été tonne    

et qu'à vitesse réduite le printemps se lève.        

 

Passer le doigt sur ta peau nue    

creuse mon ventre d'une paleur monotone    

~  comme c'est étrange d'aimer.        

 

L'épitaphe résonna jusqu'aux anneaux olympiques    

de nuit l'estafilade absorba la noirceur du propos    

un visage neuf effleurait mon visage.        

 

Bras levés   

nous fûmes secouru de nos boudins de caoutchouc    

nous les pénitents des pérégrinations.        

 

A garder le flot des océans    

sous la plante des pieds    

amène les mots à deviser à petites lampées.        

 

Mais la mort est à prouver    

l'air à épier    

et la petite voix à écouter.        

 

 

768