2-2-2-idem GP sourire

 

 Dans sa blouse grise des années cinquante    

à fines rayures et boutons rouges    

elle montait la côte    

qui reliait les hameaux du Bas et du Haut.        

 

Et la vie était belle    

simple et belle    

au passage du transformateur électrique    

un bonheur en appelait un autre.         

 

Nous faisions le trajet    

avec le troupeau    

avec la panière de linge humide dans la brouette    

seul ou avec elle.        

 

Rien n'y changeait    

fors l'honneur    

comme disaient les gens bien pensants    

dont les souliers semblaient éviter la poussière.        

 

Elle s'appelait Françoise    

je l'appelais Framboise    

et ses yeux noirs cognaient mon front    

à la racine des cheveux.        

 

Par le chemin vers Lacombe    

il y avait le monde aux têtes de chardon    

le bois de Laroussière    

où le vent soufflait frais parfois.        

 

J'ai rêvé que le village s'envolait    

par dessus les champs ondoyants    

vers le ciel immense des dorures de l'esprit    

sans qu'un mauvais caillou nous fasse trébûcher.        

 

Il y avait là les ancêtres    

dans leurs habits du dimanche    

à lisser leurs moustaches    

et épousseter le bas de leurs robes.        

 

Des chiens au loin    

croisaient leurs signatures sonores    

et l'écho embrouillait le tout    

avec les aigüs des oiseaux de la haie.        

 

J'ai écarté les doigts    

devant mes yeux    

pour percevoir les gens qui nous veulent du bien    

aux fins d'un étreinte harmonieuse.        

 

L'on ne donnait pas, on ne recevait rien    

tout était là    

avec la possibilité de s'engendrer soi-même    

et de renaître en cycle fermé.        

 

Le plein de la fontaine    

les arbres tisonnant l'orage qui approchait    

la mécanique sans poulie ni courroie    

tout était en place.        

 

762