IMG_2262

 

 La poésie c'est dire    

c'est rire du rien    

c'est partir sans se retourner  

pour que la vérité advienne.        

 

La poésie accrochée au Levant    

refait les gestes d'antan    

en guettant par le trou de serrure    

l'arrivée du printemps.        

 

La poésie c'est attendre    

c'est atteindre    

c'est attenter aux bonnes mœurs    

en soupçonnant le mal d'être de la partie.        

 

La poésie c'est le claquement sec    

d'une fin de partie    

où restent après la représentation    

les diamants purs du néant.        

 

La poésie c'est la terre    

et le ciel et la mer    

quant au rythme d'une escarpolette    

le revenez-y t'appelle.        

 

La poésie c'est mourir un peu    

au fond de la caverne    

à convertir en mots    

les aléas du dehors.        

 

La poésie c'est vivre à bon escient    

la chair fraîche des tempêtes    

lorsque le livre replie ses pages    

la mêche allumée.        

 

La poésie c'est être hors tout    

à vif à blanc    

au feu de l'occasion    

et mourir sur le flanc après la mitraille.        

 

La poésie c'est grand et carré    

à contresens des fleurs bleues    

lorsque les yeux de flanelle    

jaillissent d'un crâne éclaté.        

 

La poésie c'est mignonnette et compagnie    

sur le bord de la soucoupe    

à compter les boudoirs de l'affliction    

à cinq heures de l'après-midi.        

 

La poésie est tueuse    

et colérique et monstrueuse    

pour mâter le rebelle endormi    

aux marches de la déraison.        

 

La poésie c'est être autre    

au plus bas comme au plus haut    

au coin de la rue telle l'abeille    

à guetter le bourdon.        

 

la poésie tripatouille    

pour s'infiltrer dans le manchon de fourrure    

quand sonne le béton    

sous la santiag de l'optimiste.        

 

La poésie pleure le divin perdu    

pour enquêter sur ce qui demeure    

dans la cité aux quatre vents

ouverte à l'appel.                                                                         

 

La poésie c'est lettre molle    

aux lèvres de l'humanité nouvelle    

à lécher fraternellement    

le retournement vers l'Absolu.        

 

La poésie c'est Dieu et pas Dieu    

sans violence sans virulence    

toutes lances dehors    

en gardant ses distances.        

 

La poésie est paresseuse    

quand passe le marchand de sable    

allégorie des cieux intérieurs    

au service de sa progéniture.        

 

La poésie c'est penser    

sans y penser    

mais jamais s'agenouiller    

devant la prise de pouvoir.        

 

La poésie cette rebelle    

tourne autour de soi    

et détoure la figurine de l'amour    

des miasmes de Narcisse.        

 

La poésie manque à l'appel    

en contournant l'autodérision    

lorsque le plaisir vous hèle    

sur un air d'accordéon.        

 

La poésie est là    

source d'angoisse    

les vaisseaux brûlés    

au port de l'astreinte.        

 

La poésie c'est le bon père de famille    

qui furtivement    

de sa sacoche au verbe haut    

fait jaillir le génie de la lampe.        

 

La poésie c'est moi c'est toi    

c'est ce qui heurte du chef    

les poutres du grenier    

en verticalité assumée.        

 

La poésie c'est une caresse    

sur la joue du vent    

lors les larmes de la louve     

appeler ses enfants.        

 

 

733