IMG_0347

 

 

Le Golem des bas-fonds    

à la sortie de la mine   

peine à retrouver son foyer.        

 

 

Les copains d'abord    

un petit coup

et puis s'en vont les bonnes résolutions.        

 

Pour au coin de la rue    

sauter sur la petite voisine    

qui revient des courses.        

 

La masculinité est en déshérence    

ses terrains d'expression sont en friches    

ses pulsions ne sont plus accueillies.        

 

Il y a de l'orage dans l'air    

pour les tenanciers de la lance dure    

il est des armes recluses.        

 

La rusticité n'est plus de mise    

les temps sont durs  au castelet  

pour  Guignol et le Gargamelle.           

 

Même les virus le frappent    

le pauvre homme à peau de bête    

le brave garçon de l'Amérique.        

 

Son territoire se réduit    

la force musculaire ne fait plus recette    

les femmes même se mettent à penser.        

 

Les familles ne sont pas à l'abri       

du désir aux mains du plus offrant manipulateur

sans foi ni loi.        

 

La créativité jaillissante    

renversant les codes moraux    

devient sujette à tergiversations.        

 

On ne compte plus les débordements    

police et justice sont mises en demeure    

d'aider la femme et l'enfant.        

 

Chronos doit rogner ses dents    

il est obligé de manger les pierres    

dans la plaine immense ouverte aux vents mauvais.        

 

La beauté doit maintenant se négocier    

il ne s'agit plus de briser les codes admis    

les niveaux d'antan sont débordés.            

 

Il s'agit de gravir de nouveaux sommets    

éloignés des gouffres du crime    

dans l'acceptation de la présence humaine.        

 

Quand les brumes se dissipent point de facilités    

L'aurore est à cueillir tous sens dehors    

afin d'émerger de la gueule de bois de la veille.        

 

Montrer le rude et le brut    

dans les foires et les stades    

n'est plus chose facile.        

 

Les algarades et les pétarades    

des tenants de la virilité    

nuisent à la complexité fine de la vie.        

 

Le graveleux écorne le plâtre des arrière-cours    

les sous-bois gémissent des assauts du dieu Pan    

les arbres craquent sous la violence des percussions.             

 

Un hiver à la glace captatrice    

un hiver de reclus aux longs rituels    

porte à la réflexion, à la méditation.            

 

Replète dans sa mise en boule    

la chaleur glisse sur la peau    

pour que les yeux s'emplissent de joie.            

 

Il est temps de remiser ses habitudes    

de se ressourcer au palais des douceurs    

en sagesse dans l'attention portée aux autres.        

 

Changeons de trottoir    

ne divaguons pas près des barricades    

organisons en tendresse l'écume des jours.        

 

 

705