72-IMG_3715

 

 

 

 Le vent aimanté souffle    

là où je suis    

légende arthurienne    

trop tôt dévalorisée    

par les phrases perçues.            

 

 

 

 

Ancré sur le monticule    

sans racines excessives    

aphorismes et fragments amusent la galerie    

quand les branches sont des rayons de soleil.   

 

De mère nature    

l'avenir est éphémère     

quand pour finir    

la cendre se confond avec la neige.            

 

Les ancêtres dorment    

point encore investis, ceux-ci    

que la marée évite    

alors que, bien là    

varechs digitalisés    

ils vont et viennent    

sous le bulbe cortical de nos frayeurs     

le long des tranchées de la douleur.         

 

Père dur    

mémoire de bûche    

couché coupé par le travers    

rongé par l'absence    

enchaîné par le son des clarines    

la cape de berger sur ses épaules arrimée.      

 

Frère en ramure    

sorti de la forêt coloniale    

à quémander une attention douce    

sur le bourgeon de l'équinoxe.        

 

Sœurs vivantes    

tranquilles en leur normalité    

sur qui compter en cas d'élipse    

quand l'évidence s'exprime.           

 

Et puis le vol des criquets-cerises    

au dessus de Sainte -Victoire    

à embraser la Table Ronde    

d'un graphe tendancieux.        

 

lLe frein de la fatigue    

fait l'élégance venue    

l'ouverture des fenêtres    

au matin devant le grand lit frais    

quand les tourbillons de lumière    

entrent    

par le verger chaulé.        

 

Arvo Pärt change le songe    

à valeurs errantes    

des violons    

en pensées de jeu     

au goût enfantin    

que le triste quant-à-soi    

récuse d'un coup de savate mauvaise.        

 

Je précède la liasse des outrances    

d'un peu de pommade de paix     

que notre belle étoile    

cardabelle clouée sur la porte des granges    

emprunte au livre des mystères.        

 

 ( œuvre de Gore )

704