34-IMG_3693

Ecrire ou ne pas écrire.        

 

Le cri des arbres est adventice    

à ce qui m'appelle.        

 

Il est de silence épris    

et fait grand bruit    

au fond des failles de l'esprit.        

 

Il est la fille des prosopopées    

et quand vient la chute des feuilles    

que la forêt est aux abois    

l'agonie tricotée    

au pied de l'arbre    

consigne en quelques phrases    

l'épuisement de notre monde.        

 

Comme un retour d'initié    

la coque de noix se fracture    

sous les défenses du sanglier    

prompt à lever les effluves de la forêt.        

 

Le beau, le bien, le vrai, le bon frissonnent    

assignés aux humbles tâches de transformation    

harcèlant les parcs d'attraction    

en quête d'une langue plus forte que la bête.        

 

Ecrire ou ne pas écrire    

ou écrire entre les deux    

en attendant les temps nouveaux    

où toutes antennes au vent tournées    

traçer les contours du cercle de l'amour    

au buisson ardent d'une lumière inextinguible.        

 

 

697